Un pas de plus pour l’hygiène des mains

Nous ne promouvons jamais assez l’importance du lavage des mains.
Dans une journée, nous touchons à de nombreux objets pouvant être contaminés par des bactéries ou des virus et nous les partageons en se serrant la main ou via nos téléphones intelligents, nos claviers d’ordinateur et les poignées de porte. Certainement, en tant qu’adultes conscientisés, nous essayons de laver nos mains régulièrement. C’est bien! Mais qu’en est-il de nos enfants, ces petits êtres curieux qui aiment jouer et toucher n’importe quoi? Ont ils le même réflexe de se laver les mains en lieux publiques? D’ailleurs, ont ils facilement accès à ce service disponible?

Une solution: des marchepieds!

Marchepied Klimbo K01

C’est ainsi que le concept des marchepieds entre dans le décor pour l’hygiène des mains chez les enfants. Dans un monde où les tout-petits voient le monde en grand, et parfois même hors d’atteinte, les marchepieds leur permettent d’accéder aux lavabos, aux distributeurs de savon et aux séchoirs à mains. En effet, ils seront autonomes dans ce processus. Les marchepieds sont idéals et nécessaires dans les salles de toilettes, de bureaux, des établissements de santé, des établissements scolaires, des centres d’achats, les aéroports, etc. La compagnie Klimbo a décidé d’entamer le pas quant à la promotion de l’hygiène chez les enfants et même les personnes de petites tailles.

Klimbo nous présentent trois modèles attrayants axées sur la sécurité, la robustesse et la sécurité: Les marchepieds autorétractable KLIMBO (K01) et KLIMBO-STEP (K02), ainsi que le tabouret-marchepied amovible KLIMBO-STAIR (K03).

Marchepied Klimbo K01

Le marchepied Klimbo K01 est le modèle original autorétractable projetant une image de contours ronds à la fois contemporaine et et ludique. Facile et rapide à installer, il est à ancrer dans la chape du béton du plancher. Klimbo peut facilement supporter jusqu’à 370 kg (815 lb). Il est conçu sans point de pincement; grâce à son mécanisme, son dôme breveté et sa marche concave, les doigts ne peuvent pas se coincer. La surface antidérapante sur la marche est composée de pneus recyclés, soit du caoutchouc.

Marchepied Klimbo-Step K02

Marchepied Klimbo-Step K02

Comme son grand-frère Klimbo K01, le marchepied Klimbo-STEP K02 est un modèle autorétractable mais avec un design plutôt carré. Facile et rapide à installer, il est à ancrer dans la chape du béton du plancher . Lui aussi peut supporter jusqu’à 370 kg. Sa surface antidérapante est faite de pneus recyclés.

Marchepied Klimbo-Stair K03

Marchepied Klimbo-Stair K03

Le tabouret-marchepied Klimbo-Stair K03 est amovible et polyvalent. Facile à déplacer, il ne pèse que 7,25 kg (16 lb) et se range facilement sous les surfaces. Sa surface antidérapante est faite en caoutchouc recyclé.

Nous offrons plus!

Génial n’est-ce pas? Quel modèle répond le plus à vos besoins? L’hygiène de vos enfants est entre de bonnes mains avec l’aide Klimbo.

Intéressés par nos produits Lalema pour accompagner vos marchepieds Klimbo? Lalema offre une gamme de savons à mains, de distributeurs de savon à mains et de sèche-mains.

Poing à poing, tape m’en cinq ou poignée de main?

Le fist bump (poing à poing), le high-five (tape m’en cinq) ou la poignée de main? Lequel de ces 3 gestes de salutation et de fraternité est le moins susceptible de transmettre des microbes?

poing à poing

Sara Mela BSc et David E. Whitworth PhD du Institute of Biological, Environmental, and Rural Sciences de l’université d’Aberystwyth au Royaume-Uni ont publié un rapport dans l’American Journal of infection Control à ce sujet.

Les 2 chercheurs ont  échangé une poignée de main, un poing à poing (fist bump) ou un tape m’en cinq (high-five) avec des gants de caoutchouc dont l’un était trempé dans une solution contenant la bactérie E. coli.

Ils ont ensuite effectué des décomptes bactériens en évaluant différents paramètres tels la surface du contact, la durée du contact et la pression appliquée lors du contact.

Le Poing à poing (fist bump) est la salutation à privilégier

Les résultats montrent un transfert 2 fois moins grand avec un high-five comparé à une poignée de main. Pour le fist bump, le transfert de microbes est au moins 5 fois moindre qu’une poignée de main.

Plus la pression et le temps de contact sont grands, plus le transfert de microbes est élevé.

On révèle également que dans une situation réelle d’autres paramètres pourraient influencer ces résultats.

Le lavage de mains salutaire de la situation

Même si Barack Obama a rendu le fist bump très populaire, il va sans dire qu’une poignée de main d’un médecin par exemple a un petit quelque chose de rassurant comparativement à un fist bump.

Les fist bumps les plus mémorables de Barack Obama

Le lavage de mains demeurent l’un des moyens les plus efficaces pour limiter la propagation des microbes. Vous connaissez Utopia? Il s’agit de notre savon à main mousse. Suivez le lien pour le découvrir.

5 secrets du lavage de mains

Visionnez ce webinaire éducatif sur le lavage de mains pour en apprendre davantage.

Source: http://www.apic.org/Resource_/TinyMceFileManager/Fist_bump_article_AJIC_August_2014.pdf

Imaginez vivre à Londres au 19e siècle

londres, 1890
Piccadilly Circus, Londres, Angleterre entre 1890 et 1900

La dernière fois que vous vous êtes brossé les dents, que vous avez arrosé vos plantes ou que vous vous êtes servi un bon verre d’eau fraîche du robinet, vous êtes-vous arrêté un instant pour penser que vous aviez accès instantanément à une eau salubre?  Pour comprendre comment cette merveille a été créée, il faut remonter au début du XIXe siècle à Londres.

Le progrès rend parfait

À cette époque, les rues de Londres étaient pleines de déchets et d’excréments, et les rivières de la ville étaient très polluées. Toute cette saleté et cette misère n’était pas qu’une nuisance pour les narines des Londoniens. C’était carrément mortel.

Des épidémies de choléras à Londres

Les rivières contaminées étaient particulièrement dangereuses. Par exemple, entre 1848 et 1854, plusieurs cas de choléra ont éclaté à Londres, faisant des milliers de morts. Personne ne savait ce qui l’avait causé.

Mais il y a eu une percée médicale soudaine. Un médecin , le Dr. John Snow (aucun lien avec la série populaire) cartographiait la propagation de la maladie à travers la ville, il a réalisé que l’une des sources de l’épidémie était une compagnie de distribution d’eau qui distribuait l’eau collectée en aval des exutoires. Il a compris que pour stopper la propagation du choléra l’un devait améliorer l’approvisionnement en eau.

Une révolution dans la gestion de l’eau

La découverte de Snow a mené à une révolution dans l’assainissement. Peu de temps après, des systèmes sophistiqués d’eau propre ont été introduits, suivis par la filtration et la chloration. Avec chacune de ces améliorations, la qualité et la sécurité de l’eau se sont améliorées.

Extrait et traduction libre: Progress par Johan Norberg

Une trousse de prévention contre le rhume et la grippe

rhume

Avec la saison des rhumes et de la grippe qui approche, assurez-vous d’avoir pour vos usagers l’essentiel. Consultez notre trousse spécialement conçu pour vous aider! Mettez-la dans votre panier en 1 seul clic!

Connaissez-vous l’état de santé de votre service d’hygiène et salubrité?

Voici un auto-diagnostic très simple et pratique pour connaître l’état de santé de votre service d’hygiène et salubrité.

état de santé

État de santé de votre service d’hygiène et salubrité

Répondez en fonction de votre service d’entretien ménager ou d’hygiène et salubrité. Il n’y a pas de mauvaises réponses.

Pourquoi devriez-vous faire ce diagnostic?

Parce que ça vous permet de savoir où vous en êtes et de prendre les actions qui s’imposent pour améliorer la qualité de l’environnement dans lequel vos usagers évoluent. Et ça, c’est important! Conséquence: le nombre de plaintes devraient diminuer, la propreté de lieux augmenter, la santé du personnel et des usagers devrait aussi être améliorée.

Auto-diagnostic sur l’état de santé du département de salubrité

Rapport personnalisé

rapport personnalisé

Je vous retournerai un rapport personnalisé avec des recommandations. Le temps de réponse dépendra du volume de diagnostic reçu.

Recueil unique en hygiène et salubrité

Procurez-vous ce recueil unique en français sur l’hygiène et la salubrité. 197 pages avec couverture rigide. Un « must » pour 2018.

Quoi d’autres en 2018?

Pour vous aider dans vos démarche, je vous invite d’ores et déjà à visiter notre page de formations 100% gratuites sur l’hygiène et la salubrité:

http://www.lalema.com/fr/webinaires

Bonne journée mondiale du lavage des mains

lavage-des-mainsLe 15 octobre est une journée dédiée à la conscientisation et la compréhension du lavage des mains.

Se laver les mains, c’est facile

Une petite quantité d’eau et de savon suffisent pour accomplir une action qui a beaucoup de bénéfice. Trente secondes, un peu de frottage des mains et le tour est joué.

Se laver les mains, c’est efficace

Se laver les mains après être allé aux toilettes ou avant de manipuler des aliments peut réduire de façon dramatique le risque d’infection tel que les infections alimentaires. Cette année, le lavage des mains a été une étape clé dans la lutte contre le virus Ebola en Afrique de l’Ouest.

Se laver les mains, c’est pour tous

Nous demandons souvent aux enfants de se laver les mains avant de manger, lors du retour de l’école ou après qu’ils aient joué dans le jardin. Toutefois, des nourrissons aux aînées, ce geste ne diminue pas en importance. Les infections peuvent être transmises de n’importe qui à tous. Après tout, le lavage des mains est l’action coût-bénéfice la plus efficace en santé publique.

Plus d’informations sur le lavage des mains

Visitez : globalhandwashing.org

8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve St-Laurent

eaux-usees

On parle beaucoup depuis 1 semaine des eaux usées de la ville de Montréal, ça m’a amené à réfléchir au lavage des mains et à l’utilisation des savons à mains avec abrasif de billes de plastique.

Combien de billes de plastique retrouve-t’on dans les eaux usées?

Admettons les hypothèses suivantes:

  • Dans la grande région de Montréal, 3 millions d’individus se lavent les mains 3 fois par jour;
  • Chaque lavage de mains utilise 2 mL (environ 2 g) de savon à mains;
  • 1% de ces lavages sont fait avec des savons à mains avec abrasif;
  • Les savons à mains avec abrasif contiennent 10% en poids d’abrasif;
  • 50% de ces abrasifs sont encore des billes de plastiques.

Cela veux donc dire que par année, plus ou moins 3200 kg de billes de plastique sont rejetées avec les eaux usées.

Selon la ville de Montréal, le volume pompé d’eaux usées se situe autour de 900 milliards de litre par an

Donc, si la purge de 8 milliards de litres d’eaux usées a lieu, on peut estimer à 30 kg la quantité de billes de plastiques qui sera rejeté.

Or, les billes de plastiques sont une source de matières en suspension dans les eaux usées car elles peuvent être trop petites pour être captées par les systèmes de filtration. Toujours selon la ville de Montréal, le taux d’enlèvement moyen des matière en suspension est de 80%. Donc, annuellement, il doit se rejeter 600 à 700 kg de billes de plastique soit bien plus que ce déversement planifié, s’il a lieu.

Alternative aux billes de plastique dans les savons à mains

Nul besoin d’attendre que que les politiciens se décident, on peut déjà conclure que les billes de plastiques devraient être réduites à la source autant que possible. Il existe des alternatives intéressantes telles les écailles de noyer que l’on retrouve dans certains savons à mains comme le Kresto Select .

Vous utilisez des savons à mains avec des billes de plastiques, nous pouvons vous aider à trouver une solution qui vous convient. Appelez-nous (514) 645-7749.

La révolution du savon (partie 3)

savon

Dans la première partie de cette série, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’Empire romain en passant par Babylone et Cléopâtre. Ensuite, nous avons discuté de l’évolution du savon du Moyen Âge au début du XXe siècle. On termine donc cette semaine avec la révolution du savon.

Le savon, ça change pas le monde, sauf que…

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916, une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage. L’invention des détergents synthétiques en Allemagne pour fabriquer du savon sans gras animal est survenue à cause du manque de matière première durant la Première Guerre mondiale.

Les surfactants

Ce n’est pas avant les années 40 que les détergents synthétiques deviendront populaires en Amérique. Dès les années 50, la production de surfactants dépasse celle du savon traditionnel.

Avec les années, au gré des innovations, les surfactants ont remplis plusieurs fonctions :

  • Détergents à vaisselle
  • Détergents à lessive
  • Produits pour les mains, le corps et les cheveux

Ces produits sont maintenant à la fois efficaces et sécuritaires pour les consommateurs, les travailleurs et l’environnement.

 

Abonnement au blogue et livre disponible

Nous espérons que ce billet vous a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

Vous retrouvez ce contenu et plus encore dans mon livre Redéfinir l’hygiène, disponible aussi sur Amazon en format papier.

Norovirus: tout ce que vous devez savoir

norovirus

Qu’est-ce que le norovirus?

Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite, une maladie généralement accompagnée de diarrhée et/ou de vomissements. Il s’agit de virus très infectieux qui attaquent tous les groupes d’âge.

Selon Santé Canada:

  • 65% des gastro-entérites sont causées par le norovirus ce qui en fait la plus grande cause de gastro-entérite au Canada.
  • 1 Canadien sur 15 est infecté chaque année.

Les symptômes du norovirus

Même si les symptômes du norovirus ne sont pas alarmants, 800 personnes succombent à ces virus chaque année. Toutefois, la déshydratation est un risque sérieux surtout chez les jeunes enfants, les nouveau-nés, les personnes âgées ou les personnes déjà affectées par d’autres troubles médicaux.

D’une période d’incubation moyenne entre 12 à 48 heures, les symptômes incluent:

  • maux de tête
  • fièvre
  • nausée
  • vomissements
  • fatigue
  • frissons
  • diarrhée
  • crampes gastriques
  • douleurs musculaires

La transmission du norovirus

80% des éclosions ont lieu entre novembre et avril. Cependant, une personne peut contracter le virus durant n’importe quelle période de l’année:

  • En touchant une surface ou un objet contaminé puis en touchant sa bouche
  • En étant en contact avec une personne infectée
  • En étant en contact avec des particules de vomi ou ses gouttelettes
  • En mangeant ou en buvant de la nourriture contaminée

Comment prévenir l’infection au norovirus?

L’une des meilleures manières de prévenir les infections virales est le lavage de mains. Il est cependant important de le faire de la bonne façon:

  • Mouiller les mains avec de l’eau propre.
  • Appliquer du savon et frotter jusqu’à l’apparition de la mousse.
  • Frotter les mains pendant au moins 20 secondes ou plus.
  • Prendre soin de nettoyer le dos des mains, les paumes, l’espace entre chaque doigt et le dessous des ongles.
  • Rincer les mains abondamment
  • Sécher les mains des essuie-mains propres
  • Utiliser un essuie-mains pour fermer le robinet

Consultez cette infographie sur le norovirus

norovirus

Un virus transmis de l’ordinateur à l’humain

virus informatique

Saviez-vous que votre clavier d’ordinateur et votre souris sont recouverts de bactéries et de virus? Cela peut sembler évident quand nous y pensons. L’utilisation des ordinateurs est un geste très courant et le risque infectieux peut nous sembler banal. Toutefois, dans certains endroits comme les hôpitaux cette contamination peut s’avérer critique.

Effectivement, plusieurs éclosions de bactéries multirésistantes et de virus ont pu être relayées à des ordinateurs. C’est notamment le cas d’un hôpital au Royaume-Uni où une étude a révélé que dans un hôpital 42% des claviers d’ordinateur testé étaient porteurs de SARM ce qui se traduisait par un taux d’infections à SARM plus élevé que d’autres hôpitaux où la contamination des claviers était moindre (1). Une autre étude encore au Royaume-Uni a permis de révéler que les claviers d’ordinateur avaient été le réservoir d’une éclosion de gastroentérites à norovirus (2) ; un virus transmis de l’ordinateur à l’humain… qui l’eu cru !

Rassurez-vous, des solutions existent !

En premier et comme toujours le lavage des mains. Pour limiter la propagation des bactéries et virus, le lavage des mains est essentiel. Alors, pourquoi ne pas se laver les mains après avoir passé un moment à l’ordinateur, une solution antiseptique à l’alcool peut aussi faire le travail. Se laver les mains avant de toucher au clavier si on la les mains sales est aussi de mise. Finalement, il est sage de désinfecter votre clavier et votre souris à l’occasion. Un scientifique de renommée du nom de William Rutala, Bill pour les intimes, a démontré que les claviers d’ordinateurs ne présentent pas de signe de détérioration après 300 lavages avec différentes solutions désinfectantes.

Bref, nous négligeons souvent les objets du quotidien comme réservoir de virus et de bactéries nocives. Par exemple, les cellulaires sont souvent négligés nous les touchons et les portons à notre visage constamment.

Sur ce, il ne faut pas devenir hypocondriaque, mais simplement mettre en pratique le principe de précaution. C’est-à-dire de s’adapter à votre environnement et d’exiger une fréquence de désinfection en fonction du risque présent dans votre milieu.

 

(1). Devine J., Is methicilin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA) contamination of ward-based computer terminals a surrogate marker for nosocomial MRSA transmission ans handwashing compliance ? J Hosp Infect. 2001 ;48 :72-5

(2). Morter S., et coll. Norovirus in the hospital setting : virus introduction and spread tithin the hospital environment. J. Hosp Infect. 2011 Feb ;77(2) :106-12