Comment éliminer correctement les déchets?

En période de pandémie COVID-19, on prend tous les moyens pour garder les mains les plus propres possibles. Durant le nettoyage et la désinfection, comment peut on éliminer correctement les déchets? Bien sûr, il est essentiel de se doter de gants et d’assainisseurs, mais il est pratique d’utiliser les poubelles mains-libres durant la COVID-19. On veut à tout prix diminuer le risque de transmission des virus et on s’en rend compte de plus en plus. Rubbermaid Commercial Products, leader mondial dans l’industrie du nettoyage, nous offre des conseils pour la disposition et nous proposent les poubelles Step-On.

Poubelles sans contact Step-On

On les appelle également « poubelles à pédale » puisqu’on les opère avec notre pied par mécanisme à pédale.

Poubelle rouge Step-On de Rubbermaid Commercial Products
  • Le clapet de fermeture intégré du couvercle empêche les odeurs et les bactéries de s’échapper
  • Construction entièrement en plastique résistant aux perforations
  • Idéal pour le confinement des déchets médicaux
  • Pédale silencieuse et résistante pour une utilisation sanitaire et à mains libres
  • Conforme aux normes du secteur, telles que FM, OSHA et OBRA.

Emplacement des poubelles sans contact

Que ce soit dans un environnement des soins de santé ou dans un commerce, les contenants à déchets doivent être placés près des entrées et dans les zones communes.

Voici un autre exemple pour les chambres des patients en ce qui concerne un environnement des soins de santé. Il est recommandé de placer deux poubelles sans contact par chambre de patient: un pour les déchets généraux et un autre pour les déchets dangereux.

Personne utilisant une poubelle sans contact Step-On de Rubbermaid Commercial Products dans une chambre de patient.
Deux poubelles à pédale Step-On de RCP

Minimiser l’exposition aux pathogènes nuisibles

Le CDC (Centre for Disease Control) recommande les contenants sans contact pour éliminer les déchets dangereux.

  1. Utiliser des contenants rouges, étanches et résistants à la perforation pour les déchets médicaux.
  2. Porter des gants lors de la manipulation des déchets médicaux.
  3. Éviter de toucher le contenu des poubelles lors de leur vidange.

Comment vider et nettoyer les poubelles Step-On

  1. Tirer les bords du sac de doublure ensemble, en fermant complètement le sac avant de le retirer du contenant
  2. Fixer le sac de doublure à l’aide d’un nœud et le placer dans le bac de collecte approprié
  3. Inspecter le contenant à l’intérieur et à l’extérieur pour détecter toutes traces de saletés ou de déversements. Enlever et nettoyer la saleté visible à l’aide d’un chiffon en microfibre
  4. Essuyer le contenant à l’aide d’un désinfectant approuvé selon Santé Canada, en s’assurant que toutes les zones de contact critiques sont désinfectées.
  5. Insérer un nouveau sac
  6. Nettoyer couramment la pédale
Pédale de la poubelle Step-On de couleur beige par Rubbermaid Commercial Products
Pédale de la poubelle Step-On de RCP

Pour conclure, pour bien éliminer les déchets, les poubelles à pédales sont ainsi pratiques pour tout environnement. Continuez de vous protéger en vous lavant les mains et en portant un masque ainsi que des gants.

Visitez Lalema pour tout produit utile durant la période de pandémie!

Sources:
https://www.rubbermaidcommercial.com/waste-management/

Comment nettoyer et éliminer un masque?

La semaine passée, on a discuté de comment bien porter un masque étant donné qu’il soit devenu une habitude de le porter. Cette semaine, on met l’accent sur comment nettoyer et éliminer un masque ou un couvre-visage. En fait, il existe plus d’une façon pour nettoyer un masque dont certaines précautions supplémentaires. Donc, explorons-les!

Nettoyer dans la lessive

D’abord, selon Santé Canada, si on prévoit reporter un masque réutilisable (non médical en tissu), on suggère de le nettoyer en le mettant directement dans la lessive. On peut le laver avec d’autres articles en utilisant un cycle à eau chaude. Pour ce qui est du produit nettoyant à employer, un savon à linge régulier devrait être assez efficace selon le New York Times. De plus, d’après le Parisien, le lavage à l’eau chaude devrait être à au moins 60°C pour une durée de 30 minutes.

Nettoyer le masque dans la machine à laver à l'eau chaude et un détergent régulier.
Machine à laver / Lessive

Nettoyer à la main

Puis, suivant ce qui a été partagé dans le New York Times, des experts ont déclaré que laver des couvres-visage à la main dans un évier fonctionne bien. Il faudrait faire mousser le savon et frotter le masque pendant 20 secondes. C’est un processus similaire à celui du lavage des mains.

Nettoyer un masque à la main: Mousser le savon et frotter le couvre-visage pendant 20 secondes.
Ensemble de nettoyage à la main

Tremper à l’eau chaude savonneuse

Ensuite, tremper un savon à l’eau chaude savonneuse. Ce moyen provient de la professeure Golemi-Kotra, experte en biologie moléculaire à l’Université York de Toronto. D’après elle, la meilleure façon de nettoyer le masque en tissu serait de le laisser tremper dans l’eau chaude savonneuse durant au moins une heure.

Sécher le masque

Après, faire sécher le masque complètement dans la lessive ou en le suspendant.

Bien faire sécher les masques avant de pouvoir les reporter.
Masques réutilisables suspendus

Éliminer un masque

Finalement, on élimine un masque ne pouvant être lavé lorsqu’il est humide, souillé ou froissé. Donc, il suffit de jeter le masque correctement dans une poubelle doublée. C’est pareil pour un masque réutilisable abîmé ou en fin de vie. Ne pas laisser traîner son masque nul part ailleurs.

Bref, c’était des façons de nettoyer un couvre-visage. Laquelle vous convient ou vous suffit le mieux? Surtout, n’oubliez pas de bien vous laver les mains avant d’enfiler un masque et aussi après l’avoir enlevé!

Visitez Lalema pour des masques et des savons!

Sources:
https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/voici-comment-laver-masques-tissu-faits-maison_qc_5e960ed6c5b6a7e383dfffca
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques/comment-mettre-enlever-nettoyer-masques-couvre-visage-non-medicaux.html#_Cleaning_and_disposing
http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-comment-laver-et-entretenir-correctement-son-masque-en-tissu-30-04-2020-8308476.php
https://www.lesoleil.com/actualite/le-masque-en-tissu-doit-etre-desinfecte-apres-chaque-sortie-voici-comment-faire-video-1fcd1b8b27e5a48f580cb589d22273c5

Comment bien porter un masque?

Le port du masque est devenu une habitude courante et grandement recommandée dans les lieux publics. Ceci est un petit billet sur comment bien porter un masque ou un couvre-visage. Le mot « bien » est précisé puisqu’il faut prendre les meilleures précautions possibles et qu’un masque est inefficace s’il est mal enfilé. Les étapes et les recommandations suggérées proviennent de l’OMS et du Ministère de la Santé et des Services sociaux. Voici donc comment se couvrir et retirer le masque de manière sécuritaire!

Jeune femme portant un masque
Jeune femme portant un masque

Les étapes et les recommandations pour bien porter un masque.

  1. Tout d’abord, lavez-vous les mains pendant au moins 20 secondes avant d’enfiler un masque.

    *Prendre note qu’il faut changer de masque s’il est humide, souillé ou endommagé.

    *Pour chaque lavage des mains, faites-le avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.

  2. Puis, enfilez-le masque sur le nez et la bouche
  3. Ensuite, ajustez-le sur votre nez, sous votre menton et correctement sur votre visage

    *Ne gardez pas le masque accroché au cou ou pendu à une oreille.
    Gardez-le masque sur le visage et évitez de le toucher lorsque vous êtes à l’extérieur. S’il a été touché avec les mains durant le port, lavez-vous les mains.

  4. Enfin, retirez le masque uniquement par les élastiques sans toucher le devant du masque.

    A- S’il s’agit d’un couvre masque en tissu (lavable et réutilisable), repliez les parties extérieures une sur l’autre et déposez-le dans un sac propre afin de le laver plus tard dans la lessive régulière.

    B- Pour les autres types de masque (jetable), jetez-les dans une poubelle fermée après chaque utilisation
  5. Finalement, lavez-vous les mains pendant au moins 20 secondes :).
Vidéo du Ministère de la Santé et des Services sociaux : Comment mettre un masque ou un couvre-visage?

Continuez de vous protéger en cette période de pandémie du coronavirus! Même s’il est recommandé, ne voyez pas le masque tel un superhéros. Il ne remplace pas le lavage des mains ni la distanciation sociale ou physique.

Nous avons des assainisseurs, des savons à mains, des masques, des écrans protecteurs, des lunettes de protection et même des tapis promouvant la distanciation sociale! Visitez Lalema!

Sources:
Organisation mondiale de la Santé – https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/port-du-couvre-visage-dans-les-lieux-publics-en-contexte-de-la-pandemie-de-covid-19/
Site officiel du gouvernement du Québec – https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

Le sommeil et les accidents de travail chez les préposés à l’entretien ménager.

Les concierges et les préposés à l’entretien ménager sont exposés à de nombreux risques physiques dans leur domaine. Il existe une corrélation entre le sommeil et les accidents de travail chez les préposés à l’entretien ménager. On sait qu’il s’agit d’une profession exigeante pour le système musculo-squelettique via les mouvements répétitifs. C’est pourquoi, une durée de sommeil courte et une mauvaise qualité de sommeil sont deux facteurs de risques d’accident du travail.

La durée du sommeil

Bien entendu, dormir suffisamment est logiquement bon pour la santé. Il en est tout de même intéressant d’en parler dans le domaine de l’entretien ménager.

Une étude a été faite à ce sujet par le Midwest Center for Occupational Health and Safety Education and Research Center. Elle a été faite auprès de 58 concierges du syndicat SEIU Local 26. Les chercheurs ont constaté qu’il y avait un lien entre la durée du sommeil et le risque de blessure au travail. Par le biais de FitBit, des mesures quantitatives de la charge de travail et du sommeil ont été recueillies. Les données ont révélé qu’il y a un risque accru de blessure pour ceux qui ont dormi moins de 6h par rapport à ceux qui ont dormi 8h au plus.

La qualité du sommeil

D’abord, dans la même étude mais par le biais d’un questionnaire avec des scores de 1 à 5 quant au trouble (qualité) du sommeil, une autre information a été révélé. Le risque non-ajusté de blessure était de 1.6 fois plus élevé pour ceux qui ont rapporté des troubles du sommeil modérés et sévères, contrairement à ceux qui ont un léger ou aucun trouble du sommeil.

Puis, une autre étude intéressante a été effectuée par The American College of Occupational and Environmental Medicine. Toujours auprès des concierges du syndicat SEIU Local 26, mais sur 390 concierges à temps plein par le biais de questionnaires. Les chercheurs ont noté qu’il y a une diminution du risque de blessures pour les concierges qui débutent leur journée de travail tôt durant la journée (entre 6h et 11h59) contrairement à ceux qui commencent le soir (entre 17h et 23h39). Cela peut être potentiellement expliqué par la qualité du sommeil des concierges qui débutent tôt durant le jour. En suggérant que ces derniers aillant une nuit de sommeil traditionnelle soient beaucoup moins susceptibles d’avoir un accident travail que ceux qui travaillent tard de soir.

Dormez et standardisez vos outils de travail

Les articles en révèlent bien plus tout en faisant des références et des liens à l’augmentation ou la diminution de la charge de travail. Néanmoins, l’importance d’une bonne et suffisante nuit de sommeil est primordiale pour diminuer le risque d’accidents et de blessures de travail chez les préposés à l’entretien ménager. Donc, dormez un bon 8h et standardisez bien vos équipements de nettoyage pour éviter de vous blesser.

Besoin de chariots de concierge, de balais, brosses et vadrouilles?
Lalema à ce qu’il vous faut pour l’entretien ménager.

Pour en savoir davantage, voir sources:

1. Green, D. R., Gerberich, S. G., Kim, H., Ryan, A. D., Mcgovern, P. M., Church, T. R., … Arauz, R. F. (2018). Occupational Injury Among Janitors: Injury Incidence, Severity and Associated Risk Factors. Journal of Occupational and Environmental MedicinePublish Ahead of Print. https://doi.org/https://10.1097/JOM.0000000000001505

2. Green DR, Gerberich SG, Kim H, et al. Janitor workload and occupational injuries. Am J Ind Med. 2019; 62( 3): 222‐ 232.

L’hygiène des mains en milieu de travail

Du lundi au vendredi, un employé passe entre 35-40 heures en moyenne au boulot à côtoyer ses collègues, fournisseurs et clients. Ainsi, pour l’hygiène des mains en milieu de travail, il est important de contrôler les infections en se nettoyant les mains couramment. À travers les poignées de main, les poignées de porte, les appareils électroniques, la manipulation de l’argent, les salles de toilettes et bien plus, les mains sont exposées aux germes et bactéries nocifs.

La semaine passée sur le blogue Lalema, on a parlé des mesures préventives pour le coronavirus 2019-nCov. Bien sûr, un masque respiratoire peut aider pour prévenir la transmission des infections par gouttelettes, mais quoi de mieux qu’un bon lavage des mains pour la prévention de propagation des maladies infectieuses. Donc, on peut prévenir une baisse de production et un taux d’absentéisme en gardant et promouvant l’hygiène des mains en milieu de travail.

Dans les salles de toilettes: Se laver et se sécher les mains

Savonnage

Se laver les mains est un processus quotidien souvent négligé, mal effectué et précipité. Bradley Corporation, un manufacturier international de produits commerciaux pour le lavage des mains, a mené un sondage en 2015 à ce sujet. Il a révélé que 92% des américains croient qu’il est important de toujours se laver les mains après avoir utilisé des toilettes publiques, mais que seulement 66% le font. Puis, 70% ont avoué sauter l’étape du savonnage et ne font que se rincer avec de l’eau. De plus, 60% des américains se lavent les mains en 15 secondes et moins, alors que le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) recommandent au moins 20 secondes de lavage pour éliminer et rincer les germes.

Aussi, ne pas oublier de bien se sécher les mains. Les mains mouillées sont à risque de transmettre des microbes plus facilement.

Les salles de toilettes d’un milieu de travail promouvant l’hygiène des mains devraient avoir tous ces items:

Dans les zones communes et achalandées: S’assainir ou se désinfecter les mains

Évidemment, se laver les mains avec de l’eau et un savon est la meilleure façon de se débarrasser des germes. Cependant, les salles de toilettes ne sont pas toujours à proximité. Selon l’OMS et le CDC, le désinfectant pour les mains est l’un des meilleurs outils pour éviter de tomber malade et de répandre les germes.

C’est pourquoi il est bien d’installer une station de désinfection des mains facilement accessible et à la vue de tous. Il est important d’en placer à des endroits clés, soit près et autour des surfaces hautement fréquentées.

Une station de désinfection des mains est normalement composée de:

Poste d’aseptisation

Eh oui! C’était encore un article sur le lavage des mains. On ne le dira jamais assez. Il faut se laver les mains! Que cela devienne une bonne habitude!

Sources et extraits –

https://www.cmmonline.com/articles/best-places-for-hand-sanitizer
https://www.prnewswire.com/news-releases/global-handwashing-day-focuses-on-need-for-universal-hand-hygiene-300159521.html

Le COVID-19 et les mesures préventives.

Le 2019-nCoV fait la une dans les manchettes ces jours-ci. Qu’est-ce que le 2019-nCoV et quelles sont les mesures préventives? À ce jour, on ne comprend pas entièrement le potentiel pathogène et la dynamique de transmission de ce nouveau coronavirus 2019.

Masque respiratoire comme mesure préventive 2019-nCoV
Jeune femme avec masque respiratoire

Qu’est-ce que c’est?

Grosso modo, il fait partie de la famille des coronavirus. Il présente « 80% de similarités » avec le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait fait des centaines de morts en 2003. Ce virus ne se propage pas aussi bien que l’influenza et il n’évolue pas très rapidement. Les symptômes sont les mêmes que la majorité des cas de grippe: fièvre, toux, douleurs musculaires, essoufflement et difficultés respiratoires.

En décembre dernier, le coronavirus est apparu à Wuhan, une ville située au centre de la Chine. Les villes de Wuhan et Huanggang ont été placées en quarantaine. Jusqu’à présent, il a fait 17 morts en Chine et des centaines de personnes en sont atteintes. Ce virus a également été détecté à Taïwan, au Japon, en Thaïlande et en Corée du Sud. Afin de limiter sa propagation, des mesures sont prises dans plusieurs pays. L’OMS (l’organisation mondiale de la santé) se demande si ce virus doit être déclaré une urgence internationale.

Wuhan 2019-nCoV
Tour de la grue Jaune à Wuhan

Quelles sont les mesures préventives?

Brièvement, voici des mesures préventives quant au 2019-nCoV. Telles que suggérées par l’OMS, voici des stratégies de la prévention et du contrôle de l’infection associées aux soins de santé lorsque l’on suspecte un cas de nCoV:

  1. La détection précoce et contrôle de la source
    – Encourager les travailleurs et les gestionnaires en soin de santé d’avoir un niveau élevé de suspicion clinique
  2. Application des précautions standards pour tous les patients
    – Veiller à prendre les mesures d’hygiène respiratoire en offrant un masque médical en cas de suspicion d’infection du nCoV pour ceux pouvant le tolérer
    – Se couvrir le nez et la bouche en toussant ou en éternuant dans un mouchoir ou un coude fléchi
    Se laver les mains après tout contact avec des sécrétions respiratoires
    – Porter des équipements de protection individuelle
    – Suivre les procédures de nettoyage et de désinfection de l’environnement de manière cohérente et correcte.
  3. La mise en œuvre de précautions supplémentaires empiriques
    – Porter un respirateur contre les particules au moins aussi protecteur qu’un respirateur certifié NIOSH N95, EU FFP2 ou équivalent
    – Porter une protection oculaire (des lunettes de protection ou un écran facial)
    – Utiliser des combinaisons à manches longues propres et non stériles
    – Utiliser des gants et éviter tout contact aux yeux, au nez ou à la bouche avec des mains potentiellement contaminées
    – Employer des équipements jetables ou des équipements dédiés à désinfecter après chaque utilisation
  4. Contrôles administratifs
    – Assurer de mettre en place des infrastructures et des activités durables de la prévention et du contrôle des infections
    – Offrir une formation et une éducation aux travailleurs de la santé ainsi qu’aux patients
  5. Contrôles environnementaux et techniques 
    – Assurer une ventilation adéquate et un nettoyage adéquat de l’environnement.

Ainsi, n’hésitez pas à nous contacter pour vos besoins et questions quant à nos produits ou nos formations sur l’hygiène.

Pour plus de détails quant au 2019-nCoV, consulter les sources suivantes:
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1482141/coronavirus-chine-questions-reponses
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1486752/coronavirus-chine-villes-quarantaine-transports
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1482961/coronavirus-virus-chine-asie
https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-nCoV/lab-biosafety-guidelines.html

Les déchets médicaux et le virus de l’hépatite B

Les travailleurs de la santé sont confrontés à des risques professionnels uniques. Le contrôle et la prévention des infections en lien avec la manipulation des déchets médicaux peut être un vrai casse-tête dans les hôpitaux. Une nouvelle étude a de nouveau renforcé la liste des préoccupations des employés de la santé. Cette étude suggère que les personnes manipulant les déchets médicaux courent un risque accru de contracter le virus de l’hépatite B (VHB).

Virus de l'hépatite B
Virus de l’hépatite B

Le virus de l’hépatite B infecte les gens principalement par le sang et les liquides organiques infectés et ne nécessite qu’une exposition limitée. Jusqu’à 66 000 cas de VHB par année sont attribuables à des lacunes en matière de sécurité contre les objets pointus et tranchants. Les travailleurs de la santé sont évidemment à risque de contracter le virus.

Récemment publié dans le American Journal of Infection Control, la méta-analyse de quelques études transversales a révélé des liens statistiquement significatifs entre VHB et le traitement des déchets médicaux. Ahmed Arafa, MBBCh, MS, étudiant au doctorat à l’Université d’Osaka au Japon, co-auteur de l’étude, indique que :

« La méta-analyse a documenté un problème urgent, spécifiquement dans les établissements de soins africains. Le problème est potentiellement évitable si les bonnes précautions sont prises. »

déchets médicaux

Actions à prendre par les hôpitaux pour valoriser les déchets médicaux

Dans une étude antérieure, Arafa a constaté que les collecteurs des déchets médicaux avaient des connaissances sous-optimales, une attitude négative et des pratiques négligentes. On peut donc dire que les personnes qui manipulent les déchets médicaux peuvent porter le fardeau le plus lourd des infections à diffusion hématogène contractées à l’hôpital. La solution? Valoriser la manipulation des déchets médicaux et mettre l’emphase au contrôle ainsi qu’à la prévention des infections. Il faut offrir les ressources similaires qu’ont les physiciens, les infirmiers et les techniciens de laboratoires. Logiquement, on parle ici des équipements de protection, des vaccins gratuits et des programmes de sensibilisation. Cela permettrait de mieux protéger les manutentionnaires de déchets médicaux, et ainsi les patients du fléau du VHB.

Quoi faire avec vos déchets médicaux?

Besoin de poubelles médicales et de lingettes désinfectantes?
Visitez Lalema!

Traduction libre de l’article « When Medical Waste Handling Goes Wrong »

Source:
https://www.infectioncontroltoday.com/clinical/when-medical-waste-handling-goes-wrong

Arafa A, Eshak ES. Medical waste handling and hepatitis B virus infection: A meta-analysis. Am J Infect Control. 2019 Sep 11. doi: 10.1016/j.ajic.2019.08.011.