Les déchets médicaux et le virus de l’hépatite B

Les travailleurs de la santé sont confrontés à des risques professionnels uniques. Le contrôle et la prévention des infections en lien avec la manipulation des déchets médicaux peut être un vrai casse-tête dans les hôpitaux. Une nouvelle étude a de nouveau renforcé la liste des préoccupations des employés de la santé. Cette étude suggère que les personnes manipulant les déchets médicaux courent un risque accru de contracter le virus de l’hépatite B (VHB).

Virus de l'hépatite B
Virus de l’hépatite B

Le virus de l’hépatite B infecte les gens principalement par le sang et les liquides organiques infectés et ne nécessite qu’une exposition limitée. Jusqu’à 66 000 cas de VHB par année sont attribuables à des lacunes en matière de sécurité contre les objets pointus et tranchants. Les travailleurs de la santé sont évidemment à risque de contracter le virus.

Récemment publié dans le American Journal of Infection Control, la méta-analyse de quelques études transversales a révélé des liens statistiquement significatifs entre VHB et le traitement des déchets médicaux. Ahmed Arafa, MBBCh, MS, étudiant au doctorat à l’Université d’Osaka au Japon, co-auteur de l’étude, indique que :

« La méta-analyse a documenté un problème urgent, spécifiquement dans les établissements de soins africains. Le problème est potentiellement évitable si les bonnes précautions sont prises. »

déchets médicaux

Actions à prendre par les hôpitaux pour valoriser les déchets médicaux

Dans une étude antérieure, Arafa a constaté que les collecteurs des déchets médicaux avaient des connaissances sous-optimales, une attitude négative et des pratiques négligentes. On peut donc dire que les personnes qui manipulent les déchets médicaux peuvent porter le fardeau le plus lourd des infections à diffusion hématogène contractées à l’hôpital. La solution? Valoriser la manipulation des déchets médicaux et mettre l’emphase au contrôle ainsi qu’à la prévention des infections. Il faut offrir les ressources similaires qu’ont les physiciens, les infirmiers et les techniciens de laboratoires. Logiquement, on parle ici des équipements de protection, des vaccins gratuits et des programmes de sensibilisation. Cela permettrait de mieux protéger les manutentionnaires de déchets médicaux, et ainsi les patients du fléau du VHB.

Quoi faire avec vos déchets médicaux?

Besoin de poubelles médicales et de lingettes désinfectantes?
Visitez Lalema!

Traduction libre de l’article « When Medical Waste Handling Goes Wrong »

Source:
https://www.infectioncontroltoday.com/clinical/when-medical-waste-handling-goes-wrong

Arafa A, Eshak ES. Medical waste handling and hepatitis B virus infection: A meta-analysis. Am J Infect Control. 2019 Sep 11. doi: 10.1016/j.ajic.2019.08.011.

Apparition des poubelles en 1883

poubelle

J’ai la manie de dire que chaque invention porte le nom de son inventeur. Par exemple l’inventeur de la gomme balloune serait John GumBaloon. Souvent, j’ai tord, mais aujourd’hui je défile mon twitter et je tombe sur une petite perle rapportée par Monsieur Phillipe Paradis.

Apparition de la poubelle en 1883 à Paris

Le 24 novembre 1883,  Eugène René Poubelle impose aux Parisiens l’usage de contenants fermés pour se débarrasser des ordures et des déchets.

Il organise une cueillette quotidienne avec des voitures tirées par des chevaux. Et, signe que le développement durable ne date pas d’hier, il fait même une cueillette sélective en triant les déchets organiques, le verre et les … coquilles d’huîtres! Bon, au final, le triage n’a pas fonctionné et a dû être abandonné après 6 mois.

Boîte Poubelle

Son concept est à la base incompris, mal accueilli, sujet à des réactions hostiles et à la dérision. Au plus fort de la crise, un journaliste qualifiera ces contenants de « Boîte Poubelle ». L’histoire était écrite!

Gestion des déchets

Aujourd’hui, la gestion des déchets a grandement évolué. Voyez par vous même ce qu’on a à offrir:

www.lalema.com/poubelle

 

 

 

Source: Merci à Philippe Paradis (https://twitter.com/Philippe2307)

Histoire du Mercredi : Rubbermaid

Crédit: Erin Gentry, Rubbermaid

En février 2011, David Vincent nous offrait un billet fort intéressant sur la division Rubbermaid Commercial Products de la compagne Newell Rubbermaid. Pour l’histoire du mercredi de cette semaine, je me suis concentré sur la provenance de la marque Rubbermaid en m’inspirant d’un article de Erin Gentry, déniché sur le blogue de Rubbermaid!

En 1927, l’entreprise Wooster Rubber Company fabrique des ballons-jouets. Fait intéressant, les deux fondateurs continuent de travailler à temps plein dans une autre entreprise, car il n’y a pas assez de contrats.

En 1933, James Caldwell brevète la fabrication d’un porte-poussière en caoutchouc rouge. La gamme de « produits en caoutchouc pour cuisine Rubbermaid » est née! M. Caldwell se joindra en 1934 à Wooster Rubber Company et y amènera son invention ainsi que sa vision de fabriquer des produits en caoutchouc qui répondent aux besoins des clients.

Puis arriva la Deuxième Guerre Mondiale et l’usine fut convertie pour fabriquer de équipement de caoutchouc comme des réservoirs d’essence ou des tourniquets. Après la Guerre, Wooster reviendra à ses activités régulières.

En 1956, l’entreprise change de nom pour devenir Rubbermaid inc. C’est finalement en 1962 que Rubbermaid introduit sur la marché la première poubelle en plastique!

Crédit: Erin Gentry, Rubbermaid

 

On connait la suite…

Ne manquez pas l’Histoire du Mercredi à chaque semaine. La semaine prochaine, on vous parle de Lavo.