3 applications insolites en hygiène et salubrité

Parfois, l’ingéniosité humaine atteint des sommets (ou des bas fonds c’est selon!). Voici 3 applications insolites d’items d’hygiène et salubrité. N’essayez pas de les reproduire: ce n’est sûrement pas une bonne idée.

cabane à chien insolite

L’abri de chien insolite

Pour votre toutou, rien de tel qu’un abri éclairé la nuit. Sérieusement, les « tote tanks » sont faites pour contenir 1000 L de produits, pas les chiens!

La vadrouille insolite

Regardez la vidéo. Maintenant, procurez-vous de vraies bonnes vadrouilles ici à la place.

Les spas insolites

Quand je dis que les limites de l’imagination humaine sont sans borne, je ne suis pas très loin de la vérité. Encore une fois, ne pas reproduire à la maison ou au travail, de grâce! Ces équipement ne sont pas des piscines ni des spas!

Par contre, vous pouvez quand même vous procurez ces réservoirs en mousse structurée de 300 gallons ici.

réservoir insolite
spas insolites

10 autres billets insolites

tom hanks insolite
  1. Parfois les vandales ont le sens de l’humour
  2. Un peu d’humour « BRUTE »
  3. 10 faits amusants sur le sens de l’odorat
  4. Mitaine à four pour vulcains
  5. Art de rue 3D appliquée aux salles de toilettes
  6. Quand les vaches médiévales tuaient les superbactéries
  7. Lalema rachète l’Aquarium de Québec!
  8. 7 situations qui vont en déranger plus d’un
  9. 10 salles de toilettes humoristiques
  10. 10 faits encore plus amusants sur l’hygiène et la salubrité

Impact des interventions de nettoyage en santé

Doll, et al. (2018) a effectué une revue de la littérature concernant le nettoyage, l’hygiène et la salubrité (environmental cleaning) dans un environnement hospitalier. Il note:

📷 Martha Dominguez de Gouveia on Unsplash

Malgré les preuves de la transmission d’organismes infectieux de l’environnement au patient, le rôle d’un environnement sain dans la prévention en milieu hospitalier demeure controversé. On ignore dans quelle mesure la contamination de l’environnement contribue aux infections associées aux soins de santé.

Le nettoyage des surfaces ne se substitue certainement pas à d’autres pratiques de contrôle des infections, telles que le lavage des mains, la limitation de l’utilisation des dispositifs médicaux, le port de la blouse ou de gants, le cas échéant.

Cependant, les efforts continus visant à réduire la charge microbienne globale de l’environnement hospitalier via le nettoyage constituent probablement la base d’autres efforts; Des niveaux plus bas d’organismes infectieux sur les surfaces se traduisent par une contamination moindre des mains des travailleurs de la santé et des objets de soins des patients lorsqu’ils entrent en contact avec l’environnement hospitalier.

Essentiellement, toute la littérature relative à l’optimisation du nettoyage de l’environnement dans les systèmes de santé provient de pays disposant de ressources relativement abondantes.

Dans les établissements de santé dotés de ressources limitées, des problèmes supplémentaires peuvent contribuer au nettoyage inadéquat. Les normes minimales en matière de santé environnementale décrites dans les Normes essentielles de santé environnementale en matière de santé de l’Organisation mondiale de la Santé concernant les centres de santé disposant de ressources limitées décrivent l’eau potable, la gestion des déchets et mettent l’accent sur la poussière et les saletés visibles comme mesures temporaires essentielles pour protéger les patients.

Une comparaison de ces normes minimales avec d’autres recommandations publiées en matière de nettoyage de l’environnement met en évidence une disparité frappante dans les conditions de l’environnement hospitalier entre les différentes régions du monde.  

Enfin, les chercheurs ont aussi ajouté:

L’environnement hospitalier peut être une source d’infections nosocomiales et les méthodes de nettoyage actuelles ne parviennent que partiellement à atténuer ce risque. Cependant, on ignore dans quelle mesure l’environnement contribue à la transmission de l’infection et le niveau de propreté requis pour empêcher l’acquisition d’organismes provenant de l’environnement.

L’amélioration du processus de nettoyage a suscité un vif intérêt ces dernières années et les publications mettent en avant diverses stratégies pour y parvenir. Cependant, les problèmes fondamentaux ne sont pas résolus. Il est urgent de relever les défis auxquels sont confrontés les préposés à l’hygiène et salubrité (Bernstein et al., 2016) et de maximiser les avantages des efforts de nettoyage manuel.

Une approche du nettoyage à plusieurs niveaux, adaptée aux besoins et aux ressources spécifiques des centres de santé, serait mieux définie avec une représentation plus large de la communauté des soins de santé mondiale dans les études publiées.

Les facteurs humains détermineront en fin de compte la qualité du nettoyage de l’environnement à l’hôpital et resteront la meilleure défense du patient contre les menaces invisibles provenant de l’environnement hospitalier.

Nettoyage assisté par un outil de gestion

Un outil est un outil. Une maison ne se construit pas toute seule avec un marteau, il faut le charpentier. Pour l’entretien sanitaire, c’est pareil. Un logiciel de route de travail ne fait pas le travail, mais ça peut vous aider à mieux travailler.

C’est pourquoi nous avons créé Sanitek,  outil de gestion par excellence
pour générer rapidement et simplement un bon devis d’entretien et des routes de travail en hygiène et salubrité équilibrées. Contactez-nous pour plus d’information.

Source: 
https://www.infectioncontroltoday.com/environmental-hygiene/environmental-cleaning-round-reports-medical-literature

Doll M, Stevens M and Bearman G. Review: Environmental cleaning and disinfection of patient areas. International Journal of Infectious Diseases. Vol. 67, Pages 52-57. February 2018.

Les pratiques d’hygiène environnementale dans le monde

Kenters, et al. (2018) a évalué différentes pratiques d’hygiène environnementale d’établissements de soins de santé à travers le monde. Le questionnaire de 30 questions était rempli par des prévisionnistes (68%), des médecins en maladie infectieuse (13%), des microbiologistes cliniques (6%), des gestionnaires de bâtiments (2%) ou d’autres professionnels de la santé (11%). 23 pays ont participé au sondage.

Politiques écrites

  • 96% des établissements ont des politiques de nettoyage écrites
  • 82% des établissements ont des politiques écrites pour les équipements cliniques partagés
  • 90% des établissement ont des politiques écrites pour les salles d’opérations.

Responsabilités de tâches

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage:

  • 57% personnel du centre de soins de santé
  • 34% sous-traitants
  • 9% partagés

Au Québec, le pourcentage de travail effectué par le personnel en régie interne serait plus élevé.

Pratiques sur les étages de soins

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage sur les étages de soins (excepté dans les chambres chambre de patients)

  • 82% par le personnel dédié en hygiène et salubrité
  • 14% par les personnel de soins
  • 4% partagés

Nettoyage et désinfection des petits équipements (partagés)

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage et de désinfections des petits équipements (partagés)

  • 89% par les personnel de soins
  • 41% par le personnel dédié en hygiène et salubrité
  • 20% médecins
  • 23% autres

Formation

Parmi les établissements sondés:

  • 70% donne de la formation à l’embauche
  • 46% donne de la formation annuellement
  • 15% donne de la formation 2X par année
  • 20% donne de la formation sporadique

Nettoyage et désinfection des chambres

Parmi les établissements sondés:

  • 92% effectue un nettoyage quotidien
  • 2% effectue un nettoyage bi-hebdomadaire
  • 2% effectue un nettoyage hebdomadaire
  • 4% effectue un nettoyage à une autre fréquence (2X par jour ou pas de routine)

Surfaces à haut potentiel de contamination

Pour les surfaces à haut potentiel de contamination (« high touch ») tels la table de lit, la télécommande, etc.) :

  • 92%effectue un nettoyage quotidien
  • 1% effectue un nettoyage bihebdomadaire
  • 2% effectue un nettoyage hebdomadaire
  • 5% effectue un nettoyage à une autre fréquence

Précautions additionnelles

Le nettoyage et la désinfection en présence d’un patients en précaution « contact » varie:

  • 15% ne font aucun nettoyage ou désinfection additionnel
  • 31% font un nettoyage et une désinfection additionnel en cas d’éclosion seulement
  • 19% font une désinfection additionnelle au nettoyage régulier
  • 26% font un nettoyage et une désinfection additionnelle au nettoyage régulier

Contrôle de la qualité

47% des établissements se fient à une inspection visuelle pour contrôler la qualité.

Comment corriger la situation?

Vous avez besoin d’un coup de main? Notre suite logiciel SANITEK (gratuite) et notre équipe de services-conseils peuvent vous aider. Contactez-moi à glanthier@lalema.com

Source: ICT, Informa Exhibitions LLC, Septembre 2018. p.12

L’incroyable valeur de la propreté

proprete-value-of-clean

Il est grand temps d’arrêter de penser au nettoyage comme un coût. Un investissement modéré dans la propreté peut générer un retour substantiel sur l’investissement.

L’absentéisme coûte cher

Un employé absent vous coûte de l’argent. Mais le nettoyage peut réduire ce risque. En moyenne, un employé prendra 7.7 journées de maladie par année. Ces absences coûtent aux États-Unis 225.8 milliards de dollars annuellement. Au Canada, on pourrait estimé cela à près de 20 milliards de dollars!

Effets des absences non planifiées

Une absence non planifiée peut réduire la productivité d’un département de 54% et une baisse de ventes et de service à la clientèle jusqu’à 39%.

Impacts positifs d’un environnement plus propre

Dans un environnement où la propreté est augmentée, les occupants réduisent leur chance d’attraper le rhume ou le virus de la grippe de 80%. Les surfaces contaminées par un virus sont réduites de 62% et le taux d’absentéisme est réduit de 46%.

Surfaces à haut risque de contamination

Voici les surfaces les plus communes présentant un haut risque de contamination:

  • Souris d’ordinateur
  • Claviers d’ordinateur
  • Téléphones
  • Lavabos
  • Robinets
  • Portes de micro-ondes
  • Portes de réfrigérateurs
  • Fontaines d’eau
  • Machines distributrice

La propreté verte

La propreté veut dire la santé mais c’est aussi écologie et l’économie. Les travailleurs sont de 2% à 8% plus productifs dans un environnement plus propre. Dans un bureau typique de 100 employés avec un salaire moyen de 25,000$, cela représente 125,000$ d’économie annuelle en gain de productivité.

Le client aussi préfère la propreté

Dans un sondage fait par une chaîne de restauration rapide, 6 répondant sur 10 placent la propreté au premier rang dans leur intention de revenir plus souvent.

60% des répondants d’un sondage dans le commerce de détail placent également la propreté au premier rang parmi les facteurs environnementaux dans leur intention d’acheter plus.

N’oublions pas les salles de toilettes, 94% des répondants affirment qu’ils ne retourneraient pas dans un commerce où les toilettes sont malpropres.

L’incroyable valeur de la propreté

La propreté n’est pas un coût mais une source de revenu. C’est cela l’incroyable valeur de la propreté. Nous pouvons vous aider à analyser votre service d’hygiène et salubrité ou visitez simplement notre catalogue en ligne avec plus de 16,000 produits et faites une demande de soumission en ligne gratuitement!

Cet article est inspiré de cette vidéo de l’ISSA:

Guide pratique: Traitement des taches

traitement des taches

Ça nous est tous arrivé à un moment ou un autre, une gorgée de café ou de vin de travers, un crayon non bouchonné dans notre chemise, une goutte de sang à cause d’une imprudence. Que faire quand une situation comme celle-ci arrive ? Paniquer, crier, arracher ses vêtements ? Aujourd’hui, Lalema vous propose un petit guide pratique pour lutter contre les taches sur les vêtements.

La première chose à faire si vous avez accès à de l’eau c’est de rincer à fond la tache. Toujours utiliser de l’eau froide ou tiède. Certains produits comme le sang, le jus de tomates ou le vin vont cuire en eau chaude rendant le retrait de la tache beaucoup plus difficile. Ensuite, chaque tache est chimiquement différente, alors c’est du cas par cas. Par conséquent, il est bien important de reconnaître la nature de la tâche avant de la traiter

Types de taches et solution

Type de taches Solution
Rouille, vert de gris, métaux Produit acide ex : Reaction*
Encre, teinture d’iode Solvant/alcool ex : Eko-Kwik
Graisse, huile Dégraissant basique ex : Opera*
Sang, urine Oxydant ex : eau de javel ou du Ali-Flex LF*
Gazon, boues Détergent à lessive ex : Spin
Bière, café, thé, chocolat, confiture, jus de fruits Détergent à lessive ex : Spin

* certains produits tels que l’Ali-Flex et le Reaction doivent être dilués avant utilisation, car ils sont très concentrés.

Technique de détachage

La première chose à considérer c’est qu’il faut agir le plus rapidement possible. Plus la tache est fraîche, plus vos chances de s’en débarrasser sont grandes. Si la tache est fraîche, tenter de l’éponger et de retirer le maximum du produit tachant puis rincer. Si vous avez accès à un savon doux, vous pouvez toujours l’utiliser, mais ce n’est pas toujours suffisant. Certaines taches doivent tremper pour un certain temps avant de pouvoir être délogées. Faire tremper dans une solution de savon à lessive tel que le Spin pour une heure ou deux avant de passer à la lessive. Pour un traitement-choc ou un traitement plus en profondeur, suivre les indications dans le tableau.

Ce guide est bien général, car chaque tissu et chaque tache sont différents. Avant d’utiliser un produit pour enlever une tache vous assurer que celui-ci n’endommagera pas le tissu à détacher.

Finalement, certaines taches sont indélébiles et irréversibles; c’est effectivement le cas des tâches causé par l’eau de Javel. Si vous avez besoin de produits ou de conseil pour lutter contre les taches, n’hésitez pas à nous écrire!

5 vérités en hygiène et salubrité

5 vérités en hygiène et salubrité

L’hygiène des mains à elle seule n’est pas suffisante

Les études sont claires, bien que l’importance de l’hygiène des mains est très grande, elle n’est pas suffisante à elle seule pour limiter la propagation des infections. Les surfaces jouent un rôle prépondérant et l’arrêt de la chaîne de transmission est multifactoriel.

Les micro-organismes pathogènes survivent sur les surfaces

Les bactéries telles que le SARM, l’ERV et l’E.coli peuvent survivre plusieurs mois sur des surfaces. Les virus respiratoires et entériques quant à eux peuvent survivre de quelques heures à plusieurs semaines.

La transmission des infections est reliée à la qualité de la propreté

Une hygiène stricte respectant les mesures mises en place a été démontrée à réduire la transmission des infections dans les hôpitaux.

La contamination de l’environnement peut entraîner des infections

Nous touchons constamment différentes surfaces et nous touchons tout aussi souvent notre visage. Plusieurs études scientifiques ont démontré directement et indirectement que le niveau de propreté était lié à l’acquisition dans les infections et ce autant dans les garderies, les centres de soins que dans les lieux ou l’on manipule des aliments.

Le nettoyage et la désinfection doivent être répétés

Nettoyer c’est bien, recommencer c’est mieux. Dans les contextes institutionnels où le trafic humain est important, il est primordial de nettoyer et parfois de désinfecter. En fonction du lieu et du niveau de risques, il faut recommencer et parfois désinfecter la même surface plusieurs fois par jour, heureusement, on n’a pas à nettoyer aussi souvent à la maison !

Les vérités

Toutes ces vérités nous amènent à conclure que le nettoyage est essentiel. Lalema comprend votre réalité et peut vous offrir une panoplie de solutions pour répondre à vos besoins les plus complexes.

Si vous êtes curieux d’en apprendre plus, alors venez nous rencontrer lors du colloque annuel de l’Association Hygiène et Salubrité en Santé les 3 et 4 juin 2014

Une planète similaire à la Terre! Un grand nettoyage s’impose!

Planète similaire à la Terre - Lalema

Photo : NASA/Ames/JPL-Caltech

Voici un sujet qui sort un peu de l’ordinaire et sur lequel s’emballent les réseaux sociaux (à tout le moins ceux que je fréquente). La NASA a annoncé la découverte d’une planète similaire à la Terre où la température moyenne y serait de 22 degrés Celsius et où il y aurait de la terre ferme et de l’eau.

Bon, notez qu’on n’y sera pas demain. Cette planète est située à près de 1 000 milliards de kilomètres. Une navette prendrait 22 millions d’années pour s’y rendre. Imaginons, cependant, quels seraient nos préparatifs.

Le papier et les nettoyants, c’est nécessaire pour une telle distance… Avant de partir, il faudra faire provision de papier de toilette et de produits d’entretien de toute sorte!

Retenir la saleté à l’entrée, ça sauve des coûts… À la porte d’entrée (le sas), un bon tapis d’entrée retiendra 85 % de la poussière extra-terrestre.

Recycler, c’est protéger notre environnement. Dans cette environnement fermé, le recyclage n’est pas une option, c’est une obligation. Alors des stations de recyclage un peu partout dans le vaisseau, ça va aider!

Réduire l’activité microbienne, ça prévient des maladies. Un bon programme d’hygiène commence par un bon lavage des mains. Pour ça, il faut du savon à main. Si on veut prolonger l’efficacité du savon, on peut aussi utiliser un papier à mains intelligent qui, par son effet antibactérien persistant, protège les mains des contaminations futures pendant 30 minutes.

Et si c’était l’hiver? Finalement, si en débarquant, c’était l’hiver? Un bon fondant à glace qui n’endommagerait pas le vaisseau est vivement conseillé.

Morale de cette histoire : retenez que TOUS ces conseils s’appliquent aussi bien à votre lieu de travail, que ce soit un édifice à bureaux, un centre de soins de santé, un établissement d’enseignement, un centre commercial, une usine, un vaisseau spatial ou une planète extra-terrestre.