D’où vient le virus Zika?

Temps de lecture : 3 minutes

Tout débute à la fin des années 40. Une équipe de recherche en Ouganda, dirigée par Alexander Haddow, étudie la présence du virus de la fièvre jaune dans cette région. En avril 1950, l’équipe isole un nouveau virus chez un singe utilisé comme cobaye dans la forêt de Ziika.

zika

Source : NEWSCOM/SIPA

Premier cas du virus Zika chez l’humain

La première description d’un cas clinique chez l’humain remonte à 1954 au Nigéria. Puis, en 1956, une expérience sera faite sur un volontaire qui sera infecté au virus Zika à l’aide de moustiques eux-mêmes infectés. Le volontaire développe une faible fièvre et une éruption cutanée bénigne. Il se remet rapidement. Le paradigme est confirmé : le virus Zika peut vraisemblablement infecter les humains à partir d’un moustique.

Par la suite, le virus Zika sera isolé dans de nombreuses espèces de moustiques du genre Aedes en Afrique et en Malaisie. En 2007, ce virus est identifié en Micronésie, lors de la première épidémie de grande ampleur. Depuis, le virus Zika est considéré comme un virus émergent.

zika-2

Moustiques Aedes aegypti

En 2013, une épidémie fait rage en Polynésie française. Le virus s’étend rapidement et touche les cinq archipels qui comptent environ 270 000 habitants. Entre octobre 2013 et mars 2014, le nombre de personnes atteintes est estimé à 28 000. En Polynésie française, on décrit 73 cas de Guillain-Barré, un syndrome rare qui peut causer de la faiblesse jusqu’à la paralysie. D’autres cas sporadiques d’infection au virus Zika ont été documentés un peu partout en Océanie.

Au Brésil en début d’année 2015, des observations de patients présentant des symptômes ressemblant à la dengue attirent l’attention des autorités de santé publique. Un spécialiste en maladies infectieuses évalue les patients, tandis que les tests de laboratoire indiquent qu’il s’agit d’un virus différent de celui de la dengue et du chikungunya. En mars 2015, la présence du virus Zika sera confirmée par le laboratoire de virologie de l’Institut Carlos Chagas. Il s’agit de la première description d’infection acquise au virus Zika en Amérique.

La souche isolée au Brésil appartient à la lignée asiatique du virus Zika et ressemble à celles retrouvées en Océanie. Des experts pensent que le virus aurait été importé au Brésil lors des Championnats du monde de pirogue (va’a) qui se sont tenus à Rio en août 2014. Quatre pays d’Océanie dans lesquels le virus Zika circule depuis 2014 étaient présents.

Actuellement, il est estimé qu’environ 1,5 million de cas d’infection seraient survenus au Brésil, ce qui en fait la plus grande épidémie jamais répertoriée au virus Zika. De plus, le virus Zika est soupçonné de provoquer des cas de microcéphalie chez les fœtus de mères infectées. Selon le ministère brésilien de la Santé, en date de 2 février 2016, on comptabilise 4 783 cas suspects de microcéphalie. Les recherches se poursuivent activement pour tenter de démontrer que le Zika est impliqué dans ces malformations congénitales.

Le virus Zika représente-t-il un risque de contamination des surfaces?

À l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin contre le virus Zika. Il est recommandé de se protéger des piqûres en portant des vêtements longs et en utilisant des antimoustiques et des moustiquaires.

Le virus Zika se transmet principalement par les piqûres de moustiques. Toutefois, les mesures d’hygiène et salubrité doivent suivre leur procédures normales incluant la désinfection des surfaces à haut potentiel de contamination et le lavage des mains. Pour plus de détails, voir cet autre billet.

L’évolution du savon (partie 2)

Temps de lecture : 2 minutes

evolution-savon

La semaine dernière, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’empire romain en passant par Babylone et Cléopâtre. Cette semaine, on enchaîne avec l’évolution du savon.

Les guildes de savonniers

Au Moyen Âge, il existait même des Guildes de savonniers qui protégeaient jalousement leur formule (souvent à base d’huile d’olive, de suif et de cendres et de parfums).

On rapporte aussi qu’en 1622, sous le règne du roi James 1er en Angleterre, un monopole dans la vente de savon exigeait près de  £20,000 en taxes annuellement!

Fabrication commerciale du savon

La fabrication commerciale débuta vraiment en 1791 lorsque le français Nicolas Leblanc a breveté un procédé de fabrication du savon lui permettant de produire de grande quantité de savon à faible coût. Les procédés ont évolués avec les années avec d’autres scientifiques tels Michel Eugène Chevreul et Ernest Solvay mais aussi par l’arrivée des grandes usines et l’invention de l’électricité.

Au début du siècle dernier, l’utilisation du savon est très répandue dans le monde entier que ce soit pour l’hygiène personnel, le lavage de la lessive, de la vaisselle ou des planchers!

La révolution du savon

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916,  une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage. Alors la semaine prochaine, on parle de la Révolution du savon!

Abonnement au blogue et livre disponible

Nous espérons que ce billet vous a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

Vous retrouvez ce contenu et plus encore dans mon livre Redéfinir l’hygiène, disponible aussi sur Amazon en format papier.

Histoire du mercredi : L’eau de Javel

Temps de lecture : 2 minutes
Appolo 11 - Nasa

Crédit: NASA

Cette semaine, on parle simplement de l’eau de Javel.

L’eau de Javel a été étudiée pour la première fois par un chimiste français du nom de Claude Louis Berthollet en 1775. Son usine était située à Paris dans le quartier de Javel, bien évidemment!

Au début, on l’utilise pour la lessive et comme décolorant. Dès 1820, un pharmacien du nom de  Antoine Germain Labarraque approfondit l’étude de ses propriétés désinfectantes. Au XIXe siècle, on l’utilise couramment comme désinfectant et le traitement de l’eau potable.

La NASA utilisa de l’eau de Javel durant le programme Apollo pour désinfecter la fusée Appolo XI à son retour pour éviter de contaminer la Terre avec de potentiels dangereux virus !

En réalité, grâce à son spectre microbien, le plus large connu à ce jour, l’eau de Javel est utilisée pour lutter contre la propagation des maladies : C. difficile, fièvre typhoïde, choléra, hépatite virale, SIDA, grippe aviaire et j’en passe.

L’eau de Javel est faite à base d’hypochlorite de sodium (NaClO). Pour les fans de chimie, on fabrique l’eau de Javel ainsi:

Cl2 + 2 NaOH → NaCl + NaClO + H2O.

Pour les autres, c’est la même formule!

De nos jours, on l’utilise encore comme désinfectant. Des formules stabilisées permettent de combiner l’action des surfactants à celle du chlore.

 
Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche.
La semaine prochaine, on dévoile le papier intelligent!
 

Sources: http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_de_Javel

 

Histoire du mercredi : La révolution du savon (partie 3)

Temps de lecture : 2 minutes

bubblesDans la première partie de cette série, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’empire romain en passant par Babylone et Cléopatre. Ensuite, nous avons discuté de l’évolution du savon du Moyen-Âge au début du XXe siècle. On termine donc cette semaine avec la révolution du savon.

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916,  une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage: La découverte des détergents synthétiques en Allemagne. C’est pour fabriquer du savon sans gras animal à cause du manque de matière première durant la Première Guerre Mondiale.

Mais ce n’est pas avant les années 40 que les détergents synthétiques deviendront populaires en Amérique. Dès les années 50, la production de surfactants dépasse celle du savon traditionnel.

Avec les années, au gré des innovations, les surfactants ont remplis plusieurs fonctions:

  • Détergents à vaisselle
  • Détergents à lessive
  • Produits pour les mains, le corps, les cheveux

Ces produits sont maintenant à la fois efficace et sécuritaire pour les consommateurs, les travailleurs et l’environnement.

Pour un prochain billet, j’aimerais connaître votre intérêt pour un sujet. N’hésiter pas à me laisser un commentaire!

Ceci termine la série sur le savon! Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche.

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

Histoire du mercredi : L’évolution du savon (partie 2)

Temps de lecture : 2 minutes

Photo: Simon Tagish

La semaine dernière, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’empire romain en passant par Babylone et Cléopatre. Cette semaine, on enchaîne avec l’évolution du savon.

Au Moyen-Âge, il existait même des Guildes de savonniers qui protégeaient jalousement leur formule (souvent à base d’huile d’olive, de suif et de cendres et de parfums).

On rapporte aussi qu’en 1622, sous le règne du roi James 1er en Angleterre, un monopole dans la vente de savon exigeait près de  £20,000 en taxes annuellement!

La fabrication commerciale débuta vraiment en 1791 lorsque le français Nicolas Leblanc a breveté un procédé de fabrication du savon lui permettant de produire de grande quantité de savon à faible coût. Les procédés ont évolués avec les années avec d’autres scientifiques tels Michel Eugène Chevreul et Ernest Solvay mais aussi par l’arrivée des grandes usines et l’invention de l’électricité.

Au début du siècle dernier, l’utilisation du savon est très répandue dans le monde entier que ce soit pour l’hygiène personnel, le lavage de la lessive, de la vaisselle ou des planchers!

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916,  une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage. Pour savoir de quoi il s’agit, vous devrez revenir la semaine prochaine. Si vous connaissez la réponse, vous pouvez l’écrire dans les commentaires (Je ferai tirer une petite surprise la semaine prochaine parmi toutes les bonnes réponses).

Alors la semaine prochaine, on parle de la Révolution du savon!

Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

Histoire du mercredi : L’origine du savon (partie 1)

Temps de lecture : 2 minutes

Photo: Malene Thyssen

Durant la préhistoire, on utilisait l’Eau pour se laver. Au moins, cela devait être efficace pour enlever la boue sur les mains.

En -2800, les Babyloniens mélangeaient déjà des cendres avec du gras animal (une façon de faire du savon) sans toutefois que l’on retrouve une référence sur l’utilisation qu’ils en faisait.

En -1500, les Égyptiens mélangeait du gras animal et végétal avec des sels alcalins pour soigner des plaies ou nettoyer la peau.

Les mots « savon » et « saponification » (ou « soap » en anglais) auraient comme origine une ancienne légende romaine (c’est probablement une invention car il n’existe pas de référence d’un mont Sapo en Italie!):

Au mont Sapo, suite aux sacrifices d’animaux, la pluie lavait un mélange de graisse animale fondue, ou suif, et de cendres de bois, qui se retrouvait dans le sol argileux des rives du Tibre. Les femmes s’aperçurent que, grâce à ce mélange argileux, leur linge était plus propre bien plus facilement.

Cette technique (mélange de gras + alkalis) pour fabriquer du savon sera utilisée pendant plusieurs siècles. La semaine prochaine, nous parlerons de l’évolution du savon et de l’industrialisation de la fabrication du savon.

Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

http://en.wikipedia.org/wiki/Mount_Sapo

Histoire du mercredi : ISSA

Temps de lecture : < 1 minute
2010 Amsterdam Trade Show | ISSA

Crédit: ISSA

La International Sanitary Supply Association existe depuis plus de 89 ans.

Cette association regroupe plus de 5900 distributeurs, manufacturiers, entrepreneurs en service d’édifices dans plus de 80 pays.

Lalema est membre de la ISSA depuis 1988.

Son fondateur, Alfred Richter a dit un jour:

I realized there was a great deal I did not know about the business. I presumed that a conference of successful distributors, drawn from various metropolitan cities, would result in an exchange of ideas that would be beneficial to all.

Traduction libre: « J’ai réalisé que je connaissait peu de chose sur notre industrie. J’ai pensé qu’une conférence réunissant plusieurs distributeurs de renom, provenant de diverses métropoles, se traduirait par un échange d’idées qui seraient bénéfiques pour tous. »

 

Voici un court vidéo entraînant sur les objectifs de la ISSA (en anglais)

Nous espérons que ce billet vous a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

La semaine prochaine, l’Histoire du Mercredi portera sur l’Origine du Savon

Sources:

http://www.issa.com/?id=about_issa

http://www.issa.com/?id=association_history