La VRAIE petite histoire de l’eau de Javel

Javel

L’eau de Javel a été étudiée pour la première fois par un chimiste français du nom de Claude Louis Berthollet en 1775. Son usine était située à Paris dans le quartier de Javel.

Au début, on l’utilise pour la lessive et comme décolorant. Dès 1820, un pharmacien du nom de  Antoine Germain Labarraque approfondit l’étude de ses propriétés désinfectantes. Au XIXe siècle, on l’utilise couramment comme désinfectant et le traitement de l’eau potable. La NASA utilisa de l’Eau de Javel durant le programme Apollo pour désinfecter la fusée Appolo XI à son retour pour éviter de contaminer la Terre avec de potentiels dangereux virus !

Eau de Javel

L’eau de Javel est faite d’hypochlorite de sodium (NaClO). Pour les fans de chimie, on la fabrique ainsi:

Cl2 + 2 NaOH → NaCl + NaClO + H2O.

Pour les autres, c’est la même formule!

Hypochlorite de sodium stabilisée

De nos jours, on l’utilise encore comme désinfectant. Des formules stabilisées permettent de combiner l’action des surfactants à celle du chlore. C’est le cas de l’Ali-Flex.

Un des avantages majeurs de l’Ali-Flex RTU est d’être un désinfectant ainsi qu’un nettoyant.

Ali-Flex RTU est prêt à utiliser et ne requiert aucune dilution, ce qui permet d’éviter les erreurs de dilution ou une manipulation erronée du produit, tout en sauvant du temps.

Vous pouvez trouver plus de détails sur notre site Internet en cliquant ici.

PROCUREZ VOUS LE LIVRE « D’ABORD NETTOYER »

Autres sources:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_de_Javel
http://www.eaudejavel.fr/pages/eau/historique.asp

Comment font-ils en Ontario?

L’Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé (Santé publique Ontario) a publié la 3e édition de ses « Pratiques exemplaires de nettoyage de l’environnement en vue de la prévention et du contrôle des infections dans tous les milieux de soins de santé ». C’est un peu comme les guides du MSSS en hygiène et salubrité. La brique de 276 pages y va de 86 recommandations et s’appuyant sur plus 600 références bibliographiques.

Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé (Santé publique Ontario)

Recommandations en hygiène et salubrité

J’ai extirpé 12 recommandations sur les 86 que je trouve intéressante.

  1. Si vous ne pouvez pas le nettoyer, ne l’achetez pas.
  2. L’utilisation de gants ne remplace pas la nécessité de se laver les mains.
  3. Les milieux de soins de santé doivent acheter, installer et utiliser uniquement des surfaces, des finitions, de l’ameublement et du matériel pouvant être nettoyé et désinfecté efficacement
  4. Ne pas appliquer de produits chimiques de nettoyage par aérosol ou pulvérisateur à gâchette.
  5. Des ressources suffisantes doivent être consacrées aux services environnementaux afin d’assurer le nettoyage efficace en tout temps, y compris durant les périodes de demande accrue, p. ex. durant une éclosion ou lorsque l’établissement est bondé ou connaît un important roulement de patients/clients/résidents.
  6. Les services environnementaux, le service de prévention et de contrôle des infections et le service de santé et de sécurité au travail doivent participer au choix des surfaces, des finitions, de l’ameublement et du matériel dans les milieux de soins de santé.
  7. Si du matériel, du mobilier, des finitions ou des surfaces sont endommagés et ne peuvent pas être nettoyés efficacement, ils doivent être réparés, remplacés ou retirés du milieu clinique.
  8. Les milieux de soins de santé devraient choisir un nombre limité de désinfectants hospitaliers pour minimiser la formation requise et les risques d’erreur
  9. Les chiffons ne doivent pas être plongés à répétition dans la solution désinfectante (c.-à-d. pas de « double-trempage » des chiffons).
  10. S’il n’est pas possible de nettoyer ou de recouvrir un appareil électronique, cet appareil ne doit pas être apporté dans l’environnement de soins.
  11. Des calendriers de nettoyage doivent être élaborés en fonction d’une évaluation du risque d’infection de clients/patients/résidents et membres du personnel par contact avec des surfaces contaminées.
  12. Du temps additionnel doit être prévu pour le nettoyage des chambres des patients/résidents faisant l’objet de précautions supplémentaires.

Source: « Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé (Santé publique Ontario), Comité consultatif provincial des maladies infectieuses. Pratiques exemplaires de nettoyage de l’environnement en vue de la prévention et du contrôle des infections dans tous les milieux de soins de santé, 3e éd., Toronto (ON) Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, 2018. »

Alors, comment font-ils en Ontario?

Ils font bien ça! Comme nous en fait!

Développer votre devis d’entretien

Vous avez besoin d’un coup de pouce pour développer et mettre en oeuvre votre plan de ressources? Essayez Sanitek, logiciel de routes de travail en hygiène et salubrité.

Passez à l’action avec une gamme de nettoyant désinfectant chloré hautement performante

ali-flex rtu tue la C. difficile en 5 minutes

L’Ali-Flex avec la technologie Certiklör vous offre tout les avantages de l’Eau de Javel avec une diminution de ces inconvénients. Tous les détails sur le site web www.ali-flex.com

Le futur est maintenant avec la réalité augmentée

Nous développons un programme de formation en hygiène et salubrité en réalité augmentée. Intéressé? Visitez www.holosan.ca

Matelas de lits d’hôpital: un risque pour la santé trop souvent négligé

Les lits d’hôpital sont composés de plusieurs parties différentes: le cadre de lit, qui comprend les rails de lit, ainsi qu’un matelas et une housse de matelas. Une fois qu’un patient est sorti de l’hôpital, normalement, la pièce subira un important nettoyage, y compris le lit. Les rails et le cadre de lit seront essuyés et le couvre-lit sera changé afin de préparer la venue du prochain patient. Cependant, un facteur est souvent négligé : le matelas de lit d’hôpital.

matelas-lit-hoptial📷 pixabay.com

Selon l’Institut ECRI:

Les matelas de lit et de civière peuvent rester contaminés après le nettoyage, exposant les patients et le personnel à un risque d’exposition à des fluides corporels ou à des contaminants microbiologiques. Les incidents signalés comprennent les patients couchés sur un lit ou un brancard apparemment propre lorsque le sang d’un patient précédent a contaminé les surfaces.

Bien que les couvre-lits d’hôpitaux soient changés régulièrement, de nombreux établissements de soins de santé omettent d’examiner ces couvre-lits à la recherche de dommages, de taches abondantes ou de déchirures. Il est également important de noter que les couvre-matelas ont une durée de vie prévue et deviendront inefficaces après cette durée. Tous ces facteurs peuvent entraîner une fuite de sang ou de tout autre liquide organique sur le matelas du lit d’hôpital, le laissant ainsi contaminé.

La FDA (Food and Drug Administration) fait plusieurs recommandations afin de surmonter ce risque de santé:

  • Inspecter
  • Retirer et remplacer
  • Maintenir
  • Développer un plan d’inspection

Alors que les entreprises qui vendent les housses de matelas ont la responsabilité d’expliquer correctement aux établissements de santé comment bien désinfecter, nettoyer et éliminer les couvre-lits, il est crucial que les établissements de santé utilisent les matériaux et les procédures nécessaires pour nettoyer et désinfecter. Les établissements de santé doivent également inspecter régulièrement les couvre-matelas et les matelas afin de prévenir autant que possible les infections.

Référence:  Infection Control Today. Vol. 22. No. 1. Janvier 2018

Serions-nous prêts à affronter une épidémie de peste bubonique?

Au Madagascar, le gouvernement vient d’imposer il y a 2 jours de nouvelles mesures d’urgence pour arrêter une épidémie de peste. On y a déclaré 24 morts depuis 1 mois 1.peste bubonique

Qu’est-ce que la peste?

La peste est une bactérie Yersinia pestis, présente chez les rongeurs comme les rats est souvent transmises aux humains par les puces infectées.

Selon Santé Canada

La période d’incubation de la peste varie de un à dix jours.

Peu importe la forme, la maladie commence toujours par des symptômes qui s’apparentent à ceux de la grippe (fièvre, frissons, douleurs musculaires, faiblesses et maux de tête) et peut aussi entraîner des nausées, des vomissements, la diarrhée et des douleurs abdominales.

Si non traitée, le taux de mortalité peut atteindre 50%.

Désinfections des surfaces

Toujours selon Santé Canada 2, en cas de déversement ou de surfaces contaminées:

Laisser retomber les aérosols; endosser des vêtements protecteurs, couvrir soigneusement la substance déversée avec des serviettes de papier et appliquer de l’hypochlorite de sodium à 1 %, de la périphérie vers le centre; laisser agir pendant une période suffisante (30 minutes) avant de procéder au nettoyage

La peste est sensible à de nombreux type de désinfectants de surface tels:

Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes, et évaluation des risques

Vous faites face à une bactérie, un virus ou un autre agent pathogènes et vous voulez en savoir d’avantage. Santé Canada a lancé une application et un site web:

Dernier cas de peste recensé au Canada

Les cas de peste chez les humains sont très rares au Canada ; le dernier cas a été signalé en 1939.

 

Sources:

http://www.lapresse.ca/international/afrique/201709/30/01-5138249-madagascar-mesures-durgence-pour-tenter-denrayer-une-epidemie-de-peste.php

https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/biosecurite-biosurete-laboratoire/fiches-techniques-sante-securite-agents-pathogenes-evaluation-risques/yersinia-pestis-fiches-techniques-sante-securite-ftss.html