Rideaux de protection des hôpitaux: le party pour les agents infectieux

Sur ce blog, nous avons déjà passé en revue de nombreuses sources d’un problème de santé majeur: les infections nosocomiales (IN). Et pourtant, tous les jours, les chercheurs semblent découvrir de nouvelles sources. Une des dernières découvertes est que les rideaux de confidentialité dans les chambres d’hôpital sont extrêmement contaminés par des agents pathogènes. Une étude menée à Winnipeg, au Canada, a révélé que les rideaux d’hôpital fraîchement suspendus avec une contamination minimale devenaient de plus en plus contaminés chaque jour où ils étaient suspendus dans les chambres d’hôpital. En outre, après 14 jours passés dans la pièce, 87,5% des rideaux ont été testés positifs au Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM).

Kevin Shek (Bsc), responsable de l’étude sur les rideaux de protection des hôpitaux transportant des agents pathogènes, écrit:

«Nous savons que les rideaux de protection de la vie privée présentent un risque élevé de contamination croisée, car ils sont fréquemment touchés mais rarement changés.»

KEVIN SHEK (2018)

Les établissements de santé ont déployé beaucoup d’efforts pour réduire le risque d’IN en termes de lavage des mains et de nettoyage du matériel et des surfaces très touchées. Cependant, d’autres éléments tels que les rideaux, les matelas et les draps ont souvent été négligés. Une enquête menée pour déterminer comment les rideaux de confidentialité des hôpitaux sont nettoyés / changés a révélé des résultats effrayants.

Seulement environ la moitié des hôpitaux avaient une politique écrite spécifiant la fréquence à laquelle les rideaux devaient être changés. 37% des répondants ont répondu que les rideaux d’hôpital n’étaient changés que lorsqu’ils étaient visiblement souillés. 13% des répondants ont répondu que les rideaux n’étaient changés qu’une fois par an. Compte tenu des résultats de l’étude menée par l’hôpital de Winnipeg, selon laquelle les rideaux sont de plus en plus contaminés chaque jour où ils restent dans la chambre du patient, les réponses au sondage sont alarmantes.

En termes de contrôle de la propagation de l’infection, les hôpitaux doivent vraiment considérer que presque tout dans l’installation peut être contaminé. Le nettoyage des hôpitaux devient de plus en plus compliqué, car il existe de nombreux endroits où trouver des agents pathogènes dangereux. Il sera de plus en plus important que les établissements de santé développent de nouveaux protocoles et politiques pour prévenir les infections nosocomiales.

Sources:

https://www.infectioncontroltoday.com/transmission-prevention/new-study-says-hospital-privacy-curtains-may-harbor-infectious-pathogens

https://www.infectioncontroltoday.com/transmission-prevention/hospital-privacy-curtains-and-bed-sheets-soft-surface-contamination-and

Comment prévenir la contamination croisée

La contamination croisée peut se produire si facilement que beaucoup de gens ne s'en rendent même pas compte.

Notre dernier billet a expliqué comment les concierges peuvent contribuer à la contamination croisée de différents environnements. En guise de suivi, cet article traitera de différentes méthodes de prévention de la contamination croisée.

La contamination croisée peut se produire si facilement que beaucoup de gens ne s’en rendent même pas compte. Un exemple simple serait qu’un concierge nettoie les toilettes avec une lingette, puis utilise la même lingette pour nettoyer le lavabo de la salle de bain. Quels que soient les virus présents dans ces toilettes, ils ont maintenant été transmis au lavabo. C’est pourquoi il est essentiel que les organisations développent des programmes de nettoyage qui empêchent la contamination croisée.

Étapes pour prévenir la contamination croisée

Trois recommandations simples peuvent être mises en place pour prévenir la contamination croisée:

  1. Code de couleur et catégorisation
  2. Mise à niveau de vos outils
  3. Nettoyage de haut en bas

La première recommandation est d’utiliser un code de couleur. L’organisation est cruciale pour prévenir la contamination croisée. Il est recommandé d’utiliser un système de code de couleurs, en particulier l’utilisation de chiffons en microfibre et de têtes de vadrouille disponibles en quatre couleurs au minimum: rouge, vert, bleu et jaune.
Le British Institute of Cleaning Science recommande le code suivant pour le nettoyage d’éléments et de pièces spécifiques:

  • Rouge: appareils sanitaires, planchers de toilettes, toilettes, urinoirs
  • Jaune: surfaces des toilettes – éviers, distributeurs de serviettes, sèche-mains, distributeurs de savon
  • Vert: nettoyage général des aliments et des bars dans les zones non préparatoires, comme les salles à manger
  • Bleu: zones à faible risque de contamination, telles que couloirs, bureaux et salles de classe

De plus, il est recommandé de garder les outils de nettoyage séparés dans le placard du concierge. En effet, si ces éléments se touchent dans le placard, l’objet d’avoir des couleurs différentes pour des zones différentes ne sera pas résolu et la contamination croisée ne sera pas résolue.

La deuxième recommandation est de mettre à niveau vos outils. Avoir les meilleurs outils de nettoyage garantira l’élimination de la plupart des bactéries. Les chiffons et les vadrouilles en microfibre sont fortement recommandés, car ils constituent le meilleur matériau pour retenir la saleté et les bactéries. Une fois que la saleté et les bactéries sont piégées dans la microfibre, les particules restent piégées dans le matériau.

La troisième recommandation est de nettoyer de haut en bas. Le nettoyage de haut en bas permet au nettoyeur de ne manquer aucune zone. En partant du haut, la poussière ou la saleté susceptible de tomber au fond ou sur le sol sera ensuite récupérée, car le nettoyeur passera ensuite dans les zones les plus basses.

Voici une approche méthodologique suivante pour le nettoyage de haut en bas:

  • Essuyez les surfaces en premier. Assurez-vous d’essuyer les surfaces avant d’appliquer les produits.
  • Désinfectez en second. Vaporisez du désinfectant sur les zones nettoyées et laissez agir pendant 10 minutes avant de l’essuyer.
  • Attaquez le sol en dernier. Nettoyer ou aspirer les sols en dernier permettra de ramasser tout ce qui pourrait être tombé dessus

Prévenir la contamination croisée peut sembler une tâche ardue, mais ces étapes aident certainement à la simplifier!

Comme vous l’avez lu dans ce billet, la microfibre est l’un des meilleurs outils de nettoyage que vous pouvez utiliser car elle peut capter la poussière et les particules de saleté et ne les libère pas. Avoir des produits de nettoyage en microfibre vous donnera des résultats optimaux en matière de nettoyage. Chez Lalema, nous offrons tous les types de produits en microfibre. N’hésitez pas à consulter notre site Web pour plus de détails!

Source:
http://www.ramblingsaboutdisinfection.com/how-to-prevent-cross-contamination/

Les “bons” virus remplaceront-ils les antibiotiques dans le futur?

Une préoccupation majeure pour la santé dans le futur

Les antibiotiques existent depuis presque 100 ans et ont démontré leur capacité à combattre les bactéries dangereuses. Cependant, au cours des années, ces bactéries ont évolué et plusieurs d’entre elles sont devenues résistantes aux antibiotiques. Il y a même des bactéries, aussi connues comme “superbugs”, qui sont devenues résistantes à presque tous les antibiotiques existants. Si une personne est infectée par un “superbug”, cela signifie que les thérapies antibiotiques actuelles seront pratiquement inefficaces et que le système immunitaire de la personne sera la principale ressource pour combattre la maladie. Il peut ainsi en résulter des décès pour une maladie qui était autrefois traitable. Selon le World Health Organization, “d’ici 2050, les estimations indiquent que plus de personnes mourront des infections résistantes aux antibiotiques que du cancer” (WHO, 2016).

Source : Wikimedia Commons

Alors, si les antibiotiques deviennent inefficaces, que peut-on faire? Les chercheurs commencent à se tourner vers un “bon” virus, nommé “bactériophage”, ou simplement phage, qui tuent les bactéries.

Les phages: Les virus qui tuent les “superbugs” résistants aux antibiotiques

D’abord, que sont les phages? Tout simplement, les phages sont des virus qui infectent des bactéries spécifiques (Motherboard, Vice, 2017). Les bactériophages n’infectent donc pas les cellules humaines ou animales. Il y a plus de phages sur terre que tout autre spécimen vivant, et ils se trouvent presque partout. Il y a plusieurs types de phages, et chaque phage ne combat pas la même bactérie.
Les phages tuent les bactéries en se liant à la membrane de la bactérie et, ensuite, en libérant d’une enzyme qui perce un trou dans la cellule de la bactérie. Ensuite, ils injectent leur propre ADN dans la cellule et reproduisent plus de phages à l’intérieur. Cela provoque l’explosion de la bactérie (Motherboad, Vice). Les phages peuvent donc être utilisés comme une alternative naturelle aux antibiotiques.

Source: Wikimedia Commons

Au début du 20e siècle, les chercheurs et scientifiques de partout dans le monde étudiaient les phages, mais après l’invention des antibiotiques, la plupart des pays sont devenus moins intéressés avec les phages et n’ont pas continué avec la recherche. La Russie est l’exception et a continué à investir dans la recherche des phages. Aujourd’hui, la Russie, la Pologne et la Géorgie sont parmi les seuls pays qui utilisent les phages comme méthode pour combattre les bactéries. Le scientifique Benjamin Chan (Yale University) explique que les États-Unis sont hésitants à utiliser les bactériophages comme thérapie parce qu’ils sont des “virus”. Cependant, il continue d’expliquer qu’il existe plusieurs types de virus et que le terme virus ne signifie pas toujours qu’il y a une maladie en cause.

Est-ce-que les phages remplaceront les antibiotiques dans le futur?

Peut-être. Il reste encore beaucoup de recherche à faire pour les pays occidentaux. Plusieurs scientifiques croient qu’ils devront commencer à être utilisés faute d’alternatives. Cependant, une chose est certaine : nos antibiotiques actuels ne seront plus durables et il faut trouver une autre solution et vite!

Pour plus d’information, veuillez regarder ce vidéo par Vice*:

*Note: Ce video est disponible seulement en anglais.

Sources:

https://motherboard.vice.com/en_us/article/9kdbqa/bacteriophages-phage-therapy-antibiotic-resistant-bacteria?utm_source=mbfb

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/06/14/les-phages-des-virus-guerisseurs_1718745_1650684.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Antibiotics

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=54928#.WnikApM-cWo

Surfaces vétustes et leurs implications pour les établissements de santé

La prévention et le contrôle de la propagation des contaminants et des infections revêtent une très grande importance pour les établissements de santé, et il est permis de dire que de nombreuses mesures ont déjà été prises pour atteindre ces objectifs. Cependant, comme beaucoup de choses, il y a encore beaucoup de place pour l’amélioration surtout quand il s’agit de surfaces vétustes.

surfaces vétustes corridor-hopital-lalema

Évidemment, les établissements de santé utilisent une grande variété d’équipements, des moniteurs aux instruments chirurgicaux, en passant par les outils de nettoyage, et au fil du temps, ces équipements s’usent. Parfois, l’équipement se brisera complètement et sera inutilisable, mais parfois il n’y aura que quelques égratignures ou autres petits dégâts. Mais que se passe-t-il lorsque ces rayures ou autres formes de dommages deviennent des abris et des zones de croissance pour les micro-organismes? Ceci est un exemple de la façon dont les dommages aux surfaces vétustes peuvent non seulement favoriser la croissance des bactéries, mais aussi fournir aux micro-organismes un endroit propice pour se développer.

Que sont les surfaces vétustes?

Selon Infection Control Today, les surfaces vétuste (damage surface) sont définies comme suit:

un changement physique ou chimique quantifiable par rapport à l’état fabriqué d’origine d’un objet (surface ou dispositif).

Bien qu’il soit reconnu que les dommages subis par les équipements médicaux constituent une menace potentielle pour la propagation des bactéries dans les établissements de santé, il n’existe aucune méthode normalisée permettant aux professionnels de la santé de déterminer ce qui est considéré comme un dommage suffisant pour déclencher la propagation des bactéries.

Vos surfaces sont-elles endommagées?

Chez Lalema, nous parlons souvent d’hygiène et de propreté mais nous offrons également une vaste gamme de services techniques et de consultation. En savoir plus.

Vous pouvez également lire un extrait du livre 16 principes en hygiène et salubrité de mon collègue Gaétan Lanthier.

Source: Contrôle des infections aujourd’hui. Vol. 21. No 12. Janvier 2018.

L’eau, une source d’infections nosocomiales?

Les infections nosocomiales sont une menace pour les établissements de soins de santé et les chercheurs continuent de trouver des nouvelles sources d’où proviennent ces infections. Nous savons déjà que les infections acquises dans les hôpitaux proviennent de sources comme les surfaces, les mains et les équipements médicaux, mais saviez-vous que ces infections peuvent provenir de l’eau et des systèmes de plomberies dans les hôpitaux?

Source: Public Domain Pictures

Selon Infection Control Today (2018), « les systèmes d’eau potable et d’utilité dans les établissements de soins de santé sont des réservoirs et des vecteurs d’infections nosocomiales, ce qui résultent en des pneumonies, bactériémies, infections de peau, infections des yeux, et plus. »

Les hôpitaux sont des utilisateurs majeurs de l’eau potable, que ce soit pour boire, laver les patients, laver les mains ou rincer les équipements médicaux. Il est donc très important que les hôpitaux réalisent que l’eau qui rentre dans leurs établissements n’est pas stérile.

Le défi des biofilms

Pourquoi est-ce que l’eau dans les systèmes de plomberie sont infectés? La conception et les modèles de l’utilisation de l’eau dans les systèmes de plomberies crées des biofilms, ce qui fournit aux bactéries des abris et de la nourriture.

Selon Infection Control Today (2018), les biofilms dans les systèmes de plomberie sont des écosystèmes complexes, et c’est dans ces biofilms que les bactéries trouvent la nourriture, les abris et l’eau qu’elles ont besoin pour survivre. Il y plusieurs types de bactéries qui se développent dans les biofilms, comme la légionelle.

Légionelle: Qu’est-ce que c’est et comment est-ce qu’elle affecte les patients dans les milieux de santé?

Des Colonies Légionelles

Source: Wikimedia Comons

La Légionelle est une exemple d’une bactérie qui se trouve naturellement dans l’eau. Cette bactérie est connue comme la cause de la maladie du légionnaire: une forme sévère de la pneumonie. Cette maladie est la plus importante des infections hydriques. La maladie du légionnaire a un taux de mortalité de 10%, toutefois, si cette maladie est acquise dans un hôpital, ce taux augmente à 25-50%! Les hôpitaux connaissent le plus grand nombre de la maladie du légionnaire (comparé à d’autre types d’établissements) parce qu’ils traitent un grand nombre de patients avec des systèmes immunitaires affaiblis ainsi que des patients avec des maladies chroniques. Il est important de noter que la majorité des cas de la maladie du légionnaire dans les hôpitaux est attribué à l’eau que boivent les patients.

Comment réduire la risque des infections hydriques dans les hôpitaux: l’éducation et des programmes de gestion de l’eau

Alors, maintenant que nous sommes au courant des infections nosocomiales hydriques, comment peut-on réduire la risque que l’eau potable porte aux milieux de santé? Infection Control Today (2018) propose l’éducation et des programmes de gestion de l’eau comme solutions potentiels. L’éducation des employés qui travaillent dans les soins de santé à propos des infections nosocomiales hydriques est important pour qu’ils puissent aider à gérer la risque. Après que les employés connaissent les implications de l’eau potable dans les hôpitaux, il est important de mettre en place des programmes de gestion de l’eau.

Voyez cette vidéo:

Source: Infection Control Today. Vol. 22. No. 2. February 2018. 

Antiseptiques et désinfectants: une croissance rapide prévue

Une croissance rapide prévue pour les désinfectants et les antiseptiques

desinfectants

Avec l’augmentation du nombre d’hôpitaux et d’institutions de santé dans le monde, l’importance des antiseptiques et désinfectants prend de l’ampleur. Selon la prévision de “Zion Market Research”, le marché global pour les produits antiseptiques et désinfectants pourrait atteindre 8.1 milliards USD en 2021 contre 5.55 milliard en 2015. C’est un taux de croissance rapide de 6.7 % par année.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LES 2?

Les antiseptiques et les désinfectants sont  essentiellement utilisé pour éliminer les organismes qui causent des infections et maladies. Cependant, la différence entre les deux est la surface sur laquelle ils sont utilisés. Les antiseptiques sont utilisés sur la peau et les désinfectants sont utilisés pour les objets et les surfaces.

POURQUOI SONT-ils IMPORTANTS?

Les antiseptiques et les désinfectants sont essentiels pour la prévention des infections. Les infections nosocomiales (infections acquises dans les hôpitaux), causées par la propagation des microorganismes, sont une des principales causes de décès dans le monde et la quatrième cause principale de décès au Canada.

Les antiseptiques et désinfectants sont surtout nécessaires dans les milieux de soins parce que la prévention d’infection permet de réduire le nombre de décès, de réduire le temps de séjour d’un patient et de sauver beaucoup des coûts pour les hôpitaux.

Avec l’augmentation des établissements de soins et des professionnels de la santé autour du monde, les antiseptiques et désinfectants sont de plus en plus en demande. Les institutions forment le principal segment du marché avec 50 %.

Des produits désinfectants pour lutter contre les infections nosocomiales

Les percées technologiques et la recherche dans les institutions de santé permettent une conscientisation accrue face au danger des bactérie et des infections. Vous trouverez une gamme complète de désinfectants et d’antiseptique sur lalema.com

REFERENCES:
https://www.zionmarketresearch.com/news/global-antiseptics-and-disinfectants-market
https://www.livestrong.com/article/291472-antiseptic-vs-disinfectant/

Matelas de lits d’hôpital: un risque pour la santé trop souvent négligé

Les lits d’hôpital sont composés de plusieurs parties différentes: le cadre de lit, qui comprend les rails de lit, ainsi qu’un matelas et une housse de matelas. Une fois qu’un patient est sorti de l’hôpital, normalement, la pièce subira un important nettoyage, y compris le lit. Les rails et le cadre de lit seront essuyés et le couvre-lit sera changé afin de préparer la venue du prochain patient. Cependant, un facteur est souvent négligé : le matelas de lit d’hôpital.

matelas-lit-hoptial📷 pixabay.com

Selon l’Institut ECRI:

Les matelas de lit et de civière peuvent rester contaminés après le nettoyage, exposant les patients et le personnel à un risque d’exposition à des fluides corporels ou à des contaminants microbiologiques. Les incidents signalés comprennent les patients couchés sur un lit ou un brancard apparemment propre lorsque le sang d’un patient précédent a contaminé les surfaces.

Bien que les couvre-lits d’hôpitaux soient changés régulièrement, de nombreux établissements de soins de santé omettent d’examiner ces couvre-lits à la recherche de dommages, de taches abondantes ou de déchirures. Il est également important de noter que les couvre-matelas ont une durée de vie prévue et deviendront inefficaces après cette durée. Tous ces facteurs peuvent entraîner une fuite de sang ou de tout autre liquide organique sur le matelas du lit d’hôpital, le laissant ainsi contaminé.

La FDA (Food and Drug Administration) fait plusieurs recommandations afin de surmonter ce risque de santé:

  • Inspecter
  • Retirer et remplacer
  • Maintenir
  • Développer un plan d’inspection

Alors que les entreprises qui vendent les housses de matelas ont la responsabilité d’expliquer correctement aux établissements de santé comment bien désinfecter, nettoyer et éliminer les couvre-lits, il est crucial que les établissements de santé utilisent les matériaux et les procédures nécessaires pour nettoyer et désinfecter. Les établissements de santé doivent également inspecter régulièrement les couvre-matelas et les matelas afin de prévenir autant que possible les infections.

Référence:  Infection Control Today. Vol. 22. No. 1. Janvier 2018