Le nettoyage : une trop bruyante solitude

Les eaux ont commencé à se retirer. Aux abords de la rivière Richelieu, en Montérégie, et ailleurs, on commence à imaginer ce que Noé et ses fils ont bien pu se dire en descendant du bateau. « Japhet, prend la mop et commence à éponger. » Ou quelque chose du genre.

Constats

Il reste que la partie la plus difficile, lors d’un sinistre, c’est de nettoyer et de reconstruire. Dès que l’apocalypse arrête, les médias cessent d’en parler, le voisin venu aider retourne à ses pénates. La franche camaraderie retrouvée au moment de bâtir un mur en poches de sable, d’amener des vivres en canot jusqu’à un cousin inondé, de pomper l’eau à la main la moitié de la nuit s’estompe quand vient l’heure de ranger. Personne n’aime faire le ménage.

Solutions

Heureusement, un peu à la manière de ce vaillant entrepreneur qui s’enthousiasme devant des outils plus performants, il est possible pour les sinistrés (ou pour leurs municipalités) de se procurer des appareils et des produits qui allègeront de beaucoup la corvée du nettoyage.

Exemples

Je pense à l’aspirateur sec/humide WV1800P, qui peut évacuer 60 gallons d’eau par minute. Idéal pour un sous-sol ou un terrain inondé, qu’on voudra assécher au plus vite.
À l’intérieur, le nettoyant multi-surface bioactif et contrôleur d’odeurs  Bio-Ranet, extrêmement puissant, permettra de remettre à neuf toutes les surfaces, mais aussi la tuyauterie, qui pourrait conserver des odeurs suite au sinistre. En outre, une bonne bouteille de ce produit, qu’il faut diluer avant utilisation, peut être partagée et conservée pour le printemps prochain.
Finalement, le désodorisant Secret, efficace contre les odeurs de moisissure, complètera le travail.

 

 

Seul, face à son sous-sol inondé, le réconfort peut venir de n’importe où. Même des produits nettoyants.