Les pratiques d’hygiène environnementale dans le monde

Kenters, et al. (2018) a évalué différentes pratiques d’hygiène environnementale d’établissements de soins de santé à travers le monde. Le questionnaire de 30 questions était rempli par des prévisionnistes (68%), des médecins en maladie infectieuse (13%), des microbiologistes cliniques (6%), des gestionnaires de bâtiments (2%) ou d’autres professionnels de la santé (11%). 23 pays ont participé au sondage.

Politiques écrites

  • 96% des établissements ont des politiques de nettoyage écrites
  • 82% des établissements ont des politiques écrites pour les équipements cliniques partagés
  • 90% des établissement ont des politiques écrites pour les salles d’opérations.

Responsabilités de tâches

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage:

  • 57% personnel du centre de soins de santé
  • 34% sous-traitants
  • 9% partagés

Au Québec, le pourcentage de travail effectué par le personnel en régie interne serait plus élevé.

Pratiques sur les étages de soins

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage sur les étages de soins (excepté dans les chambres chambre de patients)

  • 82% par le personnel dédié en hygiène et salubrité
  • 14% par les personnel de soins
  • 4% partagés

Nettoyage et désinfection des petits équipements (partagés)

Qui est responsable d’effectuer les tâches de nettoyage et de désinfections des petits équipements (partagés)

  • 89% par les personnel de soins
  • 41% par le personnel dédié en hygiène et salubrité
  • 20% médecins
  • 23% autres

Formation

Parmi les établissements sondés:

  • 70% donne de la formation à l’embauche
  • 46% donne de la formation annuellement
  • 15% donne de la formation 2X par année
  • 20% donne de la formation sporadique

Nettoyage et désinfection des chambres

Parmi les établissements sondés:

  • 92% effectue un nettoyage quotidien
  • 2% effectue un nettoyage bi-hebdomadaire
  • 2% effectue un nettoyage hebdomadaire
  • 4% effectue un nettoyage à une autre fréquence (2X par jour ou pas de routine)

Surfaces à haut potentiel de contamination

Pour les surfaces à haut potentiel de contamination (« high touch ») tels la table de lit, la télécommande, etc.) :

  • 92%effectue un nettoyage quotidien
  • 1% effectue un nettoyage bihebdomadaire
  • 2% effectue un nettoyage hebdomadaire
  • 5% effectue un nettoyage à une autre fréquence

Précautions additionnelles

Le nettoyage et la désinfection en présence d’un patients en précaution « contact » varie:

  • 15% ne font aucun nettoyage ou désinfection additionnel
  • 31% font un nettoyage et une désinfection additionnel en cas d’éclosion seulement
  • 19% font une désinfection additionnelle au nettoyage régulier
  • 26% font un nettoyage et une désinfection additionnelle au nettoyage régulier

Contrôle de la qualité

47% des établissements se fient à une inspection visuelle pour contrôler la qualité.

Comment corriger la situation?

Vous avez besoin d’un coup de main? Notre suite logiciel SANITEK (gratuite) et notre équipe de services-conseils peuvent vous aider. Contactez-moi à glanthier@lalema.com

Source: ICT, Informa Exhibitions LLC, Septembre 2018. p.12

En 2017, Formation sur l’Hygiène et la Salubrité Intelligente

hygiène et salubrité formation-service-lalema

Prévoyez-vous de parfaire vos connaissances en hygiène et salubrité en 2017? Oui? Ça tombe bien car nous venons de terminer notre calendrier de webinaires gratuits (plus de détails suivront sous peu)  et notre catalogue de formation et services.

Voici en primeur l’annonce de notre prochaine formation:

Hygiène et Salubrité Intelligente (HSI-2017)

Un séminaire de formation pour les chefs de services, chefs de section, les coordonnateurs et les chefs d’équipe. 

Objectif

Offrir des outils adaptés à votre quotidien pour assurer votre rôle de support face aux préposés en hygiène et salubrité œuvrant dans le réseau de la Santé au Québec et pour les services d’entretien d’immeubles de tout genre.

Durée

6 heures

Coût

1,395.00$ (PAR GROUPE) si vous réservez avant le 31 janvier 2017 28 février 2017. Après cette date, ce sera 1795.00$.

Emplacement

Chez Lalema à Montréal. Je peux aussi me déplacer (frais additionnels à prévoir pour transport, hébergement et repas selon la distance)

Nombre de participants

Maximum 6 participants par séance

Déroulement

  • 7 habitudes pour réussir tout ce que l’on entreprend
  • Définir la mission, rôles et responsabilités du service
  • Outils de gestion
    • Évaluation des besoins en ressources
    • Routes de travail
    • Planification des travaux périodiques
    • Contrôle de la qualité
    • Comité de sélection de produits et d’équipement
    • Politique de remplacement
  • Formation
    • Techniques de travail
    • Produits et équipements
    • Santé et sécurité
    • Organisation
    • Communication
    • SIMDUT 2015 (la formation complète est maintenant intégrée
  • Logiciels de gestion (Propre, Mikado, Sanitek, Proprius, Sanix, Servox, etc.)
    • Revue des forces de chaque outil
  • Lignes directrice et guide du MSSS (la formation complète est maintenant intégrée)
    • Guide de gestion intégrée de la qualité en hygiène et salubrité (Nouveau)
    • Lignes directrices en hygiène et salubrité (surfaces high touch et low touch)
    • Démarche pour le développement de stratégies d’entretien des surfaces
    • Techniques et équipements de travail en hygiène et salubrité
    • Désinfectants et désinfection en hygiène et salubrité
    • Mesures d’hygiène et de salubrité au regard du Clostridium difficile
    • Les Zones grises : Processus d’attribution des responsabilités
    • Programme de formation en hygiène et salubrité
  • Exercice pratique
    • « Journée type-Journée idéale »
  • Évaluation
    • Formulaire en ligne à remplir. Les résultats sont compilés individuellement et par groupe pour montrer vos forces et faiblesses.

Des gestionnaires en hygiène et salubrité mieux outillés

Après ce séminaire, sans contredit vous serez mieux outillés pour affronter votre quotidien!

Des gestionnaires en hygiène et salubrité mieux outillés

Pré-inscription ici:

Offre de formation 2014 pour les gestionnaires en hygiène et salubrité

Gestionnaire en hygiène et salubritéL’année 2013 s’achève et 2014 approche à grands pas. Prévoyez-vous de parfaire vos connaissances en hygiène et salubrité? Oui, ça tombe bien car je viens de terminer de préparer mon tout dernier séminaire de formation spécialement conçu pour les gestionnaires en hygiène et salubrité.

L’organisation du travail des préposés en hygiène et salubrité

Un séminaire de formation pour les chefs de services, chefs de section, les coordonnateurs et les chefs d’équipe. 

Objectif

Offrir des outils adaptés à votre quotidien pour assurer votre rôle de support face aux préposés en hygiène et salubrité œuvrant dans le réseau de la Santé au Québec

Durée

3 à 4 heures

Coût

Remplissez le formulaire plus bas pour obtenir une soumission personnalisée.

Emplacement

Chez Lalema à Montréal. Je peux aussi me déplacer (frais additionnels à prévoir pour transport, hébergement et repas selon la distance)

Nombre de participants

Maximum 6 participants par séance

Déroulement

  • 7 habitudes pour réussir tout ce que l’on entreprend
  • Définir la mission, rôles et responsabilités du service
  • Outils de gestion
    • Évaluation des besoins en ressources
    • Routes de travail
    • Planification des travaux périodiques
    • Contrôle de la qualité
    • Comité de sélection de produits et d’équipement
    • Politique de remplacement
  • Formation
    • Techniques de travail
    • Produits et équipements
    • Santé et sécurité
    • Organisation
    • Communication
  • Exercice pratique
    • « Journée type-Journée idéale »
  • Évaluation
    • Formulaire en ligne à remplir. Les résultats sont compilés individuellement et par groupe pour montrer vos forces et faiblesses.
  • Logiciels de gestion (Propre, Mikado, Sanitek, Proprius, Sanix, Servox)
    • Revue des forces de chaque outil
  • Lignes directrice et guide du MSSS
    • Guide de gestion intégrée de la qualité en hygiène et salubrité (Nouveau)
    • Lignes directrices en hygiène et salubrité (surfaces high touch et low touch)
    • Démarche pour le développement de stratégies d’entretien des surfaces
    • Techniques et équipements de travail en hygiène et salubrité
    • Désinfectants et désinfection en hygiène et salubrité
    • Mesures d’hygiène et de salubrité au regard du Clostridium difficile
    • Les Zones grises : Processus d’attribution des responsabilités
    • Programme de formation en hygiène et salubrité

Des gestionnaires en hygiène et salubrité mieux outillés

Après ce séminaire, sans contredit vous serez mieux outillés pour affronter votre quotidien!

Pré-inscription ici:

Avec une lampe ultra violet, vous faites plus que jouer à l’agent secret

Empreinte Lampe Ultra Violet | Lalema C’est en écoutant les Oscars hier soir que m’est venu l’idée d’écrire ce billet. Qui dans sa jeunesse n’a pas joué à l’agent secret au service de sa Majesté?

50 ans au service de sa Majesté

Les 50 ans du célèbre agent secret 007 sont venus avec leur lots de gadgets. C’est d’ailleurs dans A View to a Kill que James Bond utilise une lampe ultra-violet pour lire lire des documents secrets en faisant apparaître les empreintes de marques de stylo sur le papier.

Le contrôle de la qualité pour le nettoyage des surfaces

Mais aujourd’hui, il existe des applications concrètes pour les lampes UV, et je ne parle pas d’aller jouer au LaserQuest!

En effet, l’utilisation d’un crayon spécial (invisible à l’oeil nu) vous permettra de marquer des surfaces et de vérifier, après l’opération de nettoyage, si les surfaces ont été nettoyées convenablement.

Grâce à une lampe ultraviolet, le marquage vous révélera les endroits oubliés. C’est bien pratique lors des désinfections critiques ou l’évaluation des surfaces à potentiel élevé de contamination « high touch ».

Des lampes UV pour tous

Ici j’exagère à peine en disant que James Bond serait jaloux:

Malgré ces caractéristiques qui sont pour le moins cocasses, toutes ces lampes ont un point en commun:

Les Lampes Ultra-Violets peuvent vous aider à bâtir un système d’évaluation de la qualité pour le nettoyage des surfaces.

Pour en connaître d’avantages sur James Bond ou sur les systèmes de contrôle-qualité aux Ultra-Violets, suivez les liens qui se trouvent dans ce billet.

Bonne lecture.

 

Source: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_James_Bond_gadgets

Le Nettoyage dans les Hôpitaux (partie 1)

corridor-hopital-lalemaLe nettoyage a longtemps été une affaire de « visuel ». Une odeur fraîche de propreté et une absence de tache ou de résidu suffisaient pour définir qu’un lieu était propre. Cela dit, dans un environnement du bureau ou une salle de classe cela demeure généralement un bon indice de la propreté.

Mais nous savons également que les microbes (bactéries ou virus), invisibles à l’oeil nu, présentent un risque pour la transmission des infections. Prenez l’exemple du virus de la grippe, il peut survivre jusqu’à 48 heures sur une surface dure!

Sans procédure de désinfection établie ou un programme de contrôle de la qualité, les microbes peuvent donc survivre en milieu hospitalier.

3 facteurs-clés doivent être considérés pour effectuer une analyse du risque infectieux:

  • Le patient est-il porteur d’un agent pathogène? L’agent pathogène est classé selon sa capacité de propagation et sa virulence. Le choix d’un nettoyant-désinfectant en découlera également.
  • Les activités fonctionnelles du secteur représentent-elle un risque de transmission des infections par l’environnement? Ex. Services alimentaires, Bureaux, Soins intensifs, etc.
  • L‘intensité du contact est une fonction de l’achalandage des lieux et des surfaces les plus susceptibles d’être touchées. Ex: Robinetterie 
Avez-vous déjà effectuer une analyse du risque infectieux? Chez Lalema, nos conseillez peuvent vous aider à cheminer en ce sens et déterminer la solution adaptée à votre établissement. Le prochain billet de cette série dévoilera comment le nettoyage permet de réduire les risques d’infections des patients.

Pour ne rien manquer de cette série sur le Nettoyage dans les hôpitauxn’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Vous désirez voir nos produits, visitez alors notre catalogue, le plus complet sur le marché, sur  www.lalema.com.

Sources:

Le nettoyage dans les hôpitaux du 21e siècle par le Dr. Stephanie J. Dancer, Medical, Microbiology, Hairmyres Hospital, UK paru dans la revue Le Nettoyage professionnel, Juillet/Août 2012.

Hygiène et salubrité en milieux de soins – Démarche pour le développement de stratégies d’entretien des surfaces, MSSS, 2010, 52 pages.

La clé du succès: c’est la communication

Institut universitaire de gériatrie de Montréal - Remise de prix 2011

Crédit: © Gouvernement du Québec, 2011

L’Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal s’est mérité une mention d’honneur dans le cadre de la remise des prix d’excellence du Réseau de la santé et des services sociaux 2011. Découvrez comment.

Vous connaissez ces maladies qu’on attrape à l’hôpital ou dans les centres d’hébergement de soins longues durées : les infections nosocomiales? C’est une problématique majeure dans notre système de santé. Avec les années, les experts de réseau de la santé au Québec ont entre autres amélioré les techniques de nettoyage et de désinfection, développé un programme de formation professionnelle reconnu par le Ministère de l’éducation et mis en œuvre des formations pour tous les préposés à l’hygiène et la salubrité. Ces étapes sont essentielles à la réduction du risque de transmission des maladies infectieuses.

Parallèlement, le personnel de soins infirmiers a également travaillé d’arrache-pied dans des conditions parfois tout aussi difficiles pour améliorer les processus de désinfection des petits équipements, de nettoyage des mains, etc.

Mais, dans tout ça, la communication est la clé du succès. C’est ce qu’a compris Jean-François Champagne de l’Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal, lorsqu’il décida de se doter d’un outil qui simplifie les communications entre le personnel de soins infirmiers et les préposés à l’hygiène et salubrité.

Pour bien comprendre : l’étape cruciale lors du départ d’un patient, c’est la désinfection terminale. Si le client est porteur d’une bactérie telle le C. Difficile, le SARM ou l’ERV par exemple, la technique de désinfection et la planification des ressources seront différentes.

L’outil développé pour l’IUGM se nomme Sanix. C’est un système de gestion de la salubrité accessible aux établissements de santé du Québec. Le logiciel est pourvu d’une interface graphique qui permet à l’infirmière de voir le plan de son étage et, en six clics ou moins, de signaler son besoin de désinfection à l’équipe d’hygiène et salubrité. Les préposés à l’hygiène et salubrité sont alors informés, tandis que les gestionnaires en prévention des infections ont accès à un historique complet.  Imaginez la paperasse éliminée, la rapidité des communications et la tranquillité d’esprit de savoir que la demande ne reste pas prise dans une boîte vocale!

Déjà plus d’une trentaine d’établissements ont démontré un intérêt pour cet outil.

Alors en mon nom personnel et au nom de Lalema, nous tenons à féliciter Monsieur Champagne et son équipe pour la réalisation de ce projet.

Vous trouverez plus d’information sur Sanix en suivant ce lien.