3 applications insolites en hygiène et salubrité

Parfois, l’ingéniosité humaine atteint des sommets (ou des bas fonds c’est selon!). Voici 3 applications insolites d’items d’hygiène et salubrité. N’essayez pas de les reproduire: ce n’est sûrement pas une bonne idée.

cabane à chien insolite

L’abri de chien insolite

Pour votre toutou, rien de tel qu’un abri éclairé la nuit. Sérieusement, les « tote tanks » sont faites pour contenir 1000 L de produits, pas les chiens!

La vadrouille insolite

Regardez la vidéo. Maintenant, procurez-vous de vraies bonnes vadrouilles ici à la place.

Les spas insolites

Quand je dis que les limites de l’imagination humaine sont sans borne, je ne suis pas très loin de la vérité. Encore une fois, ne pas reproduire à la maison ou au travail, de grâce! Ces équipement ne sont pas des piscines ni des spas!

Par contre, vous pouvez quand même vous procurez ces réservoirs en mousse structurée de 300 gallons ici.

réservoir insolite
spas insolites

10 autres billets insolites

tom hanks insolite
  1. Parfois les vandales ont le sens de l’humour
  2. Un peu d’humour « BRUTE »
  3. 10 faits amusants sur le sens de l’odorat
  4. Mitaine à four pour vulcains
  5. Art de rue 3D appliquée aux salles de toilettes
  6. Quand les vaches médiévales tuaient les superbactéries
  7. Lalema rachète l’Aquarium de Québec!
  8. 7 situations qui vont en déranger plus d’un
  9. 10 salles de toilettes humoristiques
  10. 10 faits encore plus amusants sur l’hygiène et la salubrité

Histoire du mercredi : L’eau de Javel

Appolo 11 - Nasa

Crédit: NASA

Cette semaine, on parle simplement de l’eau de Javel.

L’eau de Javel a été étudiée pour la première fois par un chimiste français du nom de Claude Louis Berthollet en 1775. Son usine était située à Paris dans le quartier de Javel, bien évidemment!

Au début, on l’utilise pour la lessive et comme décolorant. Dès 1820, un pharmacien du nom de  Antoine Germain Labarraque approfondit l’étude de ses propriétés désinfectantes. Au XIXe siècle, on l’utilise couramment comme désinfectant et le traitement de l’eau potable.

La NASA utilisa de l’eau de Javel durant le programme Apollo pour désinfecter la fusée Appolo XI à son retour pour éviter de contaminer la Terre avec de potentiels dangereux virus !

En réalité, grâce à son spectre microbien, le plus large connu à ce jour, l’eau de Javel est utilisée pour lutter contre la propagation des maladies : C. difficile, fièvre typhoïde, choléra, hépatite virale, SIDA, grippe aviaire et j’en passe.

L’eau de Javel est faite à base d’hypochlorite de sodium (NaClO). Pour les fans de chimie, on fabrique l’eau de Javel ainsi:

Cl2 + 2 NaOH → NaCl + NaClO + H2O.

Pour les autres, c’est la même formule!

De nos jours, on l’utilise encore comme désinfectant. Des formules stabilisées permettent de combiner l’action des surfactants à celle du chlore.

 
Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche.
La semaine prochaine, on dévoile le papier intelligent!
 

Sources: http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_de_Javel

 

Histoire du mercredi : La révolution du savon (partie 3)

bubblesDans la première partie de cette série, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’empire romain en passant par Babylone et Cléopatre. Ensuite, nous avons discuté de l’évolution du savon du Moyen-Âge au début du XXe siècle. On termine donc cette semaine avec la révolution du savon.

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916,  une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage: La découverte des détergents synthétiques en Allemagne. C’est pour fabriquer du savon sans gras animal à cause du manque de matière première durant la Première Guerre Mondiale.

Mais ce n’est pas avant les années 40 que les détergents synthétiques deviendront populaires en Amérique. Dès les années 50, la production de surfactants dépasse celle du savon traditionnel.

Avec les années, au gré des innovations, les surfactants ont remplis plusieurs fonctions:

  • Détergents à vaisselle
  • Détergents à lessive
  • Produits pour les mains, le corps, les cheveux

Ces produits sont maintenant à la fois efficace et sécuritaire pour les consommateurs, les travailleurs et l’environnement.

Pour un prochain billet, j’aimerais connaître votre intérêt pour un sujet. N’hésiter pas à me laisser un commentaire!

Ceci termine la série sur le savon! Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche.

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

Histoire du mercredi : L’évolution du savon (partie 2)

Photo: Simon Tagish

La semaine dernière, nous avons abordé les origines du savon, de la préhistoire à l’empire romain en passant par Babylone et Cléopatre. Cette semaine, on enchaîne avec l’évolution du savon.

Au Moyen-Âge, il existait même des Guildes de savonniers qui protégeaient jalousement leur formule (souvent à base d’huile d’olive, de suif et de cendres et de parfums).

On rapporte aussi qu’en 1622, sous le règne du roi James 1er en Angleterre, un monopole dans la vente de savon exigeait près de  £20,000 en taxes annuellement!

La fabrication commerciale débuta vraiment en 1791 lorsque le français Nicolas Leblanc a breveté un procédé de fabrication du savon lui permettant de produire de grande quantité de savon à faible coût. Les procédés ont évolués avec les années avec d’autres scientifiques tels Michel Eugène Chevreul et Ernest Solvay mais aussi par l’arrivée des grandes usines et l’invention de l’électricité.

Au début du siècle dernier, l’utilisation du savon est très répandue dans le monde entier que ce soit pour l’hygiène personnel, le lavage de la lessive, de la vaisselle ou des planchers!

Tout cela aurait pu en rester là. Sauf qu’en 1916,  une découverte révolutionnaire changea à jamais le monde du nettoyage. Pour savoir de quoi il s’agit, vous devrez revenir la semaine prochaine. Si vous connaissez la réponse, vous pouvez l’écrire dans les commentaires (Je ferai tirer une petite surprise la semaine prochaine parmi toutes les bonnes réponses).

Alors la semaine prochaine, on parle de la Révolution du savon!

Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

Histoire du mercredi : L’origine du savon (partie 1)

Photo: Malene Thyssen

Durant la préhistoire, on utilisait l’Eau pour se laver. Au moins, cela devait être efficace pour enlever la boue sur les mains.

En -2800, les Babyloniens mélangeaient déjà des cendres avec du gras animal (une façon de faire du savon) sans toutefois que l’on retrouve une référence sur l’utilisation qu’ils en faisait.

En -1500, les Égyptiens mélangeait du gras animal et végétal avec des sels alcalins pour soigner des plaies ou nettoyer la peau.

Les mots « savon » et « saponification » (ou « soap » en anglais) auraient comme origine une ancienne légende romaine (c’est probablement une invention car il n’existe pas de référence d’un mont Sapo en Italie!):

Au mont Sapo, suite aux sacrifices d’animaux, la pluie lavait un mélange de graisse animale fondue, ou suif, et de cendres de bois, qui se retrouvait dans le sol argileux des rives du Tibre. Les femmes s’aperçurent que, grâce à ce mélange argileux, leur linge était plus propre bien plus facilement.

Cette technique (mélange de gras + alkalis) pour fabriquer du savon sera utilisée pendant plusieurs siècles. La semaine prochaine, nous parlerons de l’évolution du savon et de l’industrialisation de la fabrication du savon.

Nous espérons que ce billet vous  a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

http://www.cleaninginstitute.org/assets/1/AssetManager/SoapsandDetergentsBook.pdf (excellent mais en anglais!)

http://www.healthycleaning101.org/french/SDAC_soaps-f.html (C’est le texte en français du PDF ci-haut)

http://en.wikipedia.org/wiki/Mount_Sapo

Histoire du mercredi : ISSA

2010 Amsterdam Trade Show | ISSA

Crédit: ISSA

La International Sanitary Supply Association existe depuis plus de 89 ans.

Cette association regroupe plus de 5900 distributeurs, manufacturiers, entrepreneurs en service d’édifices dans plus de 80 pays.

Lalema est membre de la ISSA depuis 1988.

Son fondateur, Alfred Richter a dit un jour:

I realized there was a great deal I did not know about the business. I presumed that a conference of successful distributors, drawn from various metropolitan cities, would result in an exchange of ideas that would be beneficial to all.

Traduction libre: « J’ai réalisé que je connaissait peu de chose sur notre industrie. J’ai pensé qu’une conférence réunissant plusieurs distributeurs de renom, provenant de diverses métropoles, se traduirait par un échange d’idées qui seraient bénéfiques pour tous. »

 

Voici un court vidéo entraînant sur les objectifs de la ISSA (en anglais)

Nous espérons que ce billet vous a informé et diverti. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

La semaine prochaine, l’Histoire du Mercredi portera sur l’Origine du Savon

Sources:

http://www.issa.com/?id=about_issa

http://www.issa.com/?id=association_history

Histoire du mercredi : Stockhausen

Stoko | Skin Care | Lalema inc.

Crédit: Evonik

Julius Stockhausen devient co-propriétaire de la Crefelder Seifenfabrik Stockhausen & Traiser en 1880. C’est une entreprise de fabrication de savon. C’est en 1907, lors de l’ouverture de sa deuxième usine que la marque Stoko est utilisé pour la première fois.

En 1935, l’entreprise développe et commercialise le premier nettoyant pour la peau sans savon à partir d’un détergent synthétique. Alors ça ne date pas d’hier!

Aujourd’hui Stoko une filiale de Evonik Industries est synonyme de soins de la peau (Stoko Skincare) et d’hygiène des mains (Stoko Refresh).

p.s. Un autre Julius Stockhausen a vécu durant la même période. Il était chanteur et musicien! Ne pas confondre les deux!

 

Nous espérons que ce billet vous a diverti et informé. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

La semaine prochaine, on parle de la CSSA
Source:

http://de.wikipedia.org/wiki/Julius_Stockhausen_(Industrieller) (en allemand)

http://en.wikipedia.org/wiki/Julius_Stockhausen

http://www.stoko.com/product/stoko/en/about/pages/default.aspx

Histoire du mercredi : Clorox

Clorox | Lalema inc

Crédit: Clorox

Vous pourriez aussi vouloir apprendre la petite histoire de l’eau de javel, mais avant d’y aller, venez lire l’histoire de Clorox!

Cette entreprise fut fondée en 1913 par 5 hommes d’affaires qui ont investi 100$ chacun. L’entreprise a porté le nom de Electro-Alkaline Company de 1913 à 1920 pour devenir The Clorox Company par la suite. La marque CLOROX fut introduite en 1914 pour un concentré de 21% d’hypochlorite de sodium. Le mot CLOROX vient d’une combinaison de Chlore et Hydroxide de Sodium, les 2 ingrédients principaux servant à fabriquer de l’eau de javel.

C’est l’épouse d’un des dirigeants qui suggéra de faire un produit concentré à 5.25% pour un usage domestique. On connait la suite!

Pour les collectionneurs, vous pouvez voir sur le site de Clorox toutes les bouteilles utilisées depuis sa fondation.

Nous espérons que ce billet vous a diverti et informé. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

 

La semaine prochaine : Stockhausen

 

Source: http://www.thecloroxcompany.com/company/heritage/timeline/

Histoire du mercredi : Unger

40-Year-Unger-Image-Brochure

Crédit: Unger

Il y a des entreprises comme Apple qui fondent leur entreprise dans leur garage, d’autres ont de grandes idées et démarrent directement dans le grenier! Fondée par M. Henry M. Unger en 1964, l’entreprise a débuté dans le grenier de la grand-mère de son épouse Barbara.

Aujourd’hui, Unger est un leader dans la fabrication d’outils de nettoyage et d’entretien et est présent dans plus de 80 pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie

La vision de Monsieur Unger est dès le début d’améliorer la sécurité et l’efficacité du nettoyage des fenêtre!

 

Parmi les innovations que l’on doit à Unger, notons:

 

Le « Bucket on a belt »

Unger | Bucket on a belt | Lalema inc

Un sceau qui se porte à la ceinture pour travailler sur une échelle

 

Aussi le « Sprayer on a belt » :

Sprayer on a belt | Unger | Lalema inc.
Un système de bouteille attachée à la ceinture reliant le vaporisateur avec un tuyau pour réduire le poids.

Ce ne sont là que quelques unes des nombreuses innovations apportés par Unger au fil des ans.

Je vous invite à vous inscrire à ce blogue en inscrivant votre courriel dans la boîte en haut pour rester informer de l’histoire du mercredi et de bien d’autres nouvelles.

Merci. Ne manquez pas chaque mercredi, l’Histoire du Mercredi sur ce blogue. La semaine prochaine, on parle de CLOROX

Source: http://ungerglobal.com/pro/us/images/stories/UNGER/download2010/40-Year-Unger-Image-Brochure.pdf

Histoire du mercredi : SCA

SCA | Tork | Lalema inc.

Crédit SCA

SCA pour Svenska Cellulosa Aktiebolaget ou en français Société Suédoise de Cellulose. 

Cette entreprise européenne est créée en 1929 par la fusion de pas moins de 10 entreprises forestières.

Dans les années 30 et 40, l’entreprise centre ses activités sur la production de pulpe de papier. Par la suite, dans les années 50, la production de papier débute,  l’entreprise entre en bourse et commence ses exportations.

Dans les années 60 et 70, l’entreprise fait plusieurs acquisitions, se lance dans la production de corrugué et couvre maintenant l’Europe. La division « Soins Personnels » démarre par l’acquistion d’une autre entreprise suédoise.

Les années 80 et 90 sont marquées par l’arrivée de SCA en amérique latine. L’entreprise multiplie les acquisitions pour devenir un leader en transport et soins personnels.

Finalement, c’est dans les années 2000 que SCA entre sur le marché nord-américain suite à l’acquisition de Georgia-Pacific.

Bon, assez d’histoire et parlons un peu de médias sociaux. SCA est une entreprise très présente sur les médias sociaux. Facebook, Twitter, Linked in et depuis peu Google Plus. Vous retrouverez également une quantité impressionnante de vidéos (plus de 400) sur Youtube et de photos (plus de 624) sur Flikr. Dans notre domaine, SCA est aussi connue pour la marque TORK.

Prenez le temps d’aller visionner quelques vidéos ou photos, mais avant de partir, inscrivez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel. Un « J’aime » ou un +1 est aussi toujours très apprécié!

Nous espérons que ce billet vous a plu!

La semaine prochaine, Unger, une entreprise d’origine allemande!

Source :http://www.sca.com/en/About_SCA/SCA_in_Brief/History/

Histoire du mercredi : MatTech

Tapis d'entrée

Crédit : Mattech

Mattech: c’est Matting Technology Corporation. Deux mots qui relient la technologie et les tapis. C’est ainsi que cette compagnie basée à Granby oeuvre depuis plus de 25 ans.

En octobre 2011, lors du gala Honoris Innova, l’entreprise s’est vu décerner le prix Développement durable | Recyclage et valorisation par la Fédération des Plastiques et Alliances Composites du Québec.

Lors de ce gala, on a souligné la mise en marché de plusieurs innovations dont les produits Eco-Step et EcoPlus qui sont fabriqués à partir de matériaux de post-consommation, prévenant ainsi l’enfouissement de milliers de bouteilles et pneus et préservant nos ressources naturelles.

Par exemple:

bouteilleseco-step

  • 30 cm2 = 4 bouteilles
  • Carpette 4’ x 6’ = 96 bouteilles
  • Rouleau 6’ x 20’ = 480 bouteilles
La semaine prochaine, rendez-vous avec SCA.

Source: http://www.mattech.ca/marketing/Mat_Tech-Laureat_gala_Honoris_Innova_2011.pdf

Histoire du mercredi : Nacecare

Henry-Histoire du MercrediPour parler de Nacecare, il faut parler de l’aspirateur Henry! C’est un incontournable.

Henry est l’aspirateur le plus populaire au monde. Si vous ne me croyez pas, tapez « henry vacuum » dans Google ou sur YouTube!

La compagnie Numatic est fondée en 1969 dans la région du Somerset, en Angleterre. C’est en 1981 qu’est né Henry, la même année qu’est apparu sur nos écrans le film « Les aventuriers de l’arche perdue« . Les équipements Nacecare sont fabriqués en Angleterre par la compagnie Numatic. Lalema est un distributeur des équipements Nacecare.

En plus d’être un excellent aspirateur, Henry est le seul à vous offrir un sourire radieux à chaque fois que vous l’utilisez.

 

Si vous avez aimé ce billet, je vous offre 3 choix:

  1. Visionnez et partagez la vidéo sur Facebook: http://www.youtube.com/watch?v=Cib1b8bvw1o
  2. Explorer les équipements Nacecare et qui sait, peut-être avez-vous besoin d’un nouvel aspirateur!
  3. Abonnez-vous à ce blogue en inscrivant votre courriel en haut à gauche.

La semaine prochaine, Mat Tech , un fabricant de tapis québecois!

Histoire du mercredi : 3M

3M

Crédit : 3M

Minnesota Mining and Manufacturing Co. : voilà ce que 3M signifie.

La compagnie fut fondée en 1902. Au tout début, la compagnie se spécialise dans la fabrication de papier sablé.

Aujourd’hui, on associe souvent 3M à innovation. Et pour cause, son budget annuel en recherche et développement dépasse 1,4 milliards de dollars  (2010).

On connait plusieurs marques de 3M:

L’entreprise œuvre dans plusieurs domaines:

  • Industrie et transport,
  • Santé,
  • Signalisation, communication graphique et système optiques,
  • Grand public et bureau,
  • Protection, hygiène et sécurité,
  • Électrique, électronique et télécommunication

Avec autant d’expertise et en favorisant autant l’innovation, 3M devrait être encore là dans 100 ans! Qu’en dites-vous?

La semaine prochaine, l’Histoire du mercredi sera avec Nacecare.

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/3M

http://solutions.3m.com/wps/portal/3M/en_WW/History/3M/Company/At-a-Glance/

Histoire du mercredi : Atlas Graham

James D. Graham fondateur d'Atlas Graham

James D. Graham. Crédit : Atlas Graham

L’entreprise est ondée en 1941 sous le nom de Atlas Brush Company Ltd par James D. Graham pour soutenir l’effort de guerre en fabriquant quelques modèles de balais-brosses.

Aujourd’hui, Atlas Graham offre une gamme impressionnante de produits pour le nettoyage. La compagnie en est à la 3e génération de Graham. C’est un fait important à souligner car seulement 10 % des entreprises familiales se rendront là!

L’entreprise fut la première à introduire sur le marché canadien les vadrouilles à boucle en 1969.

Le président actuel James S. Graham maintient les trois principes instaurés par son grand-père :

  • Qualité
  • Service
  • Intégrité

La semaine prochaine: 3M.

Histoire du mercredi : Cascades

pionnier-cascadesCroyez-le ou non :0

Les frères Lemaire cherchaient un nom pour leur compagnie quand leur tante Gertrude leur a dit :

Les gars, il y a des chutes en arrière de l’usine. Pourquoi ne pas appeler votre compagnie « Cascades »?

Et voilà l’origine du nom de cette compagnie québécoise, souvent associée aux pionniers du recyclage.

Source et remerciement à Sylvain Béland.

La semaine prochaine, je prends une petite pause! Revenez le 4 janvier 2012 pour l’Histoire du Mercredi avec Atlas Graham.

Histoire du Mercredi : Kimberly Clark

Dans un village de 200 âmes à l’époque, à Neenah au Wisconsin U.S. le 26 mars 1872, cinq jeunes hommes décident de fonder une entreprise qui fabriquerait du papier journal de la plus haute qualité, entièrement faits de guenilles de textile et de coton.  Ils se basent sur quatre principes fondamentaux :

  1. Fabriquer le meilleur produit possible;
  2. Servir les clients de façon juste et équitable afin de gagner leur confiance;
  3. De bien prendre soin de leurs employés;
  4. Prendre de l’expansion lorsque requis et financer ces projets à même les profits de l’entreprise.

Les partenaires

Fondateurs Kimberly Clark

Crédit: Kimberly Clark

Charles Benjamin Clark, né à Theresa, N.Y., le 24 août 1844, ancien capitaine d’infanterie, est co-propriétaire d’une quincaillerie. Marié et père de 3 enfants, il investit 10 000 $ à l’âge de 28 ans, lors du démarrage de la compagnie.

John Alfred Kimberly, fils du célèbre homme d’affaires du Wisconsin, John Robbins Kimberly, achète en 1858 le magasin général de son père, à l’âge de seulement 19 ans, conjointement avec Havilah Babcock (20 ans) fils d’un charpentier et fermier du Vermont marié à la cousine de John Alfred. Les deux investiront chacun 5 000 $ dans l’entreprise.

Frank C. Shattuck, originaire de Coleraine au Massachusetts 34 ans en 1872 fut approché pour combler le  5 000 $ requis au démarrage. Vendeur de profession, il avait développé une approche invitante qui incitait les commerçants à acheter leurs produits.

Un cinquième partenaire, George A. Whithing, apparait au registre original comme investisseur pour la somme de 5 000 $ mais fut rapidement écarté du projet, car il voulait jouer un rôle dominant. Il devient opérateur d’une usine à papier qui fut achetée par Kimberly Clark, plusieurs années plus tard.

Deux ans plus tard, le 8 août 1874, l’entente est révisée et chacun des quatre hommes deviennent partenaires égaux avec chacun 25 % de parts dans la compagnie Kimberly, Clark & Co.

P.S. : Merci à Richard Lalancette pour le texte tiré d’un livre sur les origines de l’entreprise.

La semaine prochaine: Cascades

Histoire du Mercredi : Lavo

Crédit: Lavo

Lavo vient de l’espagnol et signifie « je lave ». L’entreprise Lavo est fondée en 1928 par un immigrant espagnol qui commercialise de l’eau de javel en faisant du porte à porte chez des épiciers.

Il vendra son entreprise en 1930 à M. J.C. Lussier, qui annexe ce petit commerce à son épicerie-boucherie sur le Plateau Mont-Royal. Celui-ci achète une ancienne laiterie pour y fabriquer de l’eau de javel à plus grande échelle.

C’est en 1948 que la famille Bouthiller se porte acquéreur de Javel Lavo inc.  Dès 1951, l’usine de l’est de Montréal ouvre ses portes. C’est le début de l’automatisation.

Aujoud’hui, Lavo c’est aussi les marques La Parisienne, Old Dutch et Hertel en plus des divisions industrielles et commerciales.

Ne manquez pas l’Histoire du Mercredi à chaque semaine. La semaine prochaine, on vous parle de Kimberly Clark.

En attendant, si vous voulez en savoir plus, allez lire  la petite histoire de l’eau de Javel.

Source: http://www.lavo.ca/fr/entreprise/histoire/, Également, merci à M. Sébastien Parent.

Histoire du Mercredi : Rubbermaid

Crédit: Erin Gentry, Rubbermaid

En février 2011, David Vincent nous offrait un billet fort intéressant sur la division Rubbermaid Commercial Products de la compagne Newell Rubbermaid. Pour l’histoire du mercredi de cette semaine, je me suis concentré sur la provenance de la marque Rubbermaid en m’inspirant d’un article de Erin Gentry, déniché sur le blogue de Rubbermaid!

En 1927, l’entreprise Wooster Rubber Company fabrique des ballons-jouets. Fait intéressant, les deux fondateurs continuent de travailler à temps plein dans une autre entreprise, car il n’y a pas assez de contrats.

En 1933, James Caldwell brevète la fabrication d’un porte-poussière en caoutchouc rouge. La gamme de « produits en caoutchouc pour cuisine Rubbermaid » est née! M. Caldwell se joindra en 1934 à Wooster Rubber Company et y amènera son invention ainsi que sa vision de fabriquer des produits en caoutchouc qui répondent aux besoins des clients.

Puis arriva la Deuxième Guerre Mondiale et l’usine fut convertie pour fabriquer de équipement de caoutchouc comme des réservoirs d’essence ou des tourniquets. Après la Guerre, Wooster reviendra à ses activités régulières.

En 1956, l’entreprise change de nom pour devenir Rubbermaid inc. C’est finalement en 1962 que Rubbermaid introduit sur la marché la première poubelle en plastique!

Crédit: Erin Gentry, Rubbermaid

 

On connait la suite…

Ne manquez pas l’Histoire du Mercredi à chaque semaine. La semaine prochaine, on vous parle de Lavo.

Histoire du Mercredi

archivesJe sais, on est mardi! Ça commence demain!

Nous avons pensé de vous présenter une série de billets sur l’origine des noms de nos partenaires. Ce n’est pas un cours d’histoire mais nous allons essayer de vous apprendre des faits intéressants ou cocasses sur l’origine de ces entreprises.

Nous espérons ainsi vous divertir et vous informer. Pour ne rien manquer de ces publications, n’oubliez pas de vous inscrire au blog. Pour cela, rien de plus simple que d’inscrire votre courriel dans la colonne de gauche. Un courriel de confirmation vous sera envoyé qu’il vous faudra valider en cliquant sur le lien. Nous utilisons « feedburner » un service de Google pour gérer notre liste d’abonnement au blog. C’est sécuritaire et nous ne partagerons pas votre courriel avec d’autres. Promis!

Alors dans cette foulée et sans ordre en particulier (sujet à changement):

Si vous avez vous-même des anecdotes, des photos, des vidéos avec les produits de ces entreprises, n’hésitez pas à communiquer avec nous. Nous pourrions les inclure…