«

»

Mai 29 2015

Imprimer ce Article

Empêcher que ça ne devienne viral…

Virus-Enveloppé-Empêcher que ça ne devienne viral…

Empêcher que ça ne devienne viral…

Lorsque nous sommes en train de désinfecter, il est important de garder en tête ce que nous essayons d’éliminer. Le choix du désinfectant approprié doit toujours prendre en compte le ou les microorganismes à éliminer de l’environnement. Que doit-on considérer lorsque nous désinfectons un environnement contaminé avec des virus?

Virologie 101

Débutons avec un petit rappel de ce qu’est un virus. Un virus est un petit agent infectieux qui peut seulement se répliquer dans un autre organisme. Cette notion est très importante. En effet, un virus humain ne peut pas se répliquer dans la nourriture ou dans la saleté; il est spécifique à son hôte. Une autre notion à garder en tête est qu’il y a des virus enveloppés et non enveloppés. L’enveloppe est faite d’une membrane lipidique qui provient de la cellule dans laquelle le virus s’est répliqué. Tous les virus seront composés d’une capside formée de protéines et de matériel génétique, soit de l’ADN ou de l’ARN.

Virus-non-enveloppé -Empêcher que ça ne devienne viral…

Résistance aux désinfectants

En ce qui concerne la résistance aux désinfectants, les virus peuvent être divisés en deux groupes, soit les virus enveloppés et les virus non enveloppés. Les virus non enveloppées sont généralement plus résistants aux désinfectants. Par exemple, le norovirus et l’agent étiologique de l’hépatite A sont de petits virus non enveloppés. Ces virus sont aussi très résistants aux stress environnementaux tels que la température, les faibles ou forts taux d’humidité et les désinfectants.

Comment s’y prendre pour désinfecter un environnement contaminé avec des virus ?

Premièrement, assurez-vous d’avoir un désinfectant avec la mention virucide sur la bouteille. Vous pouvez aussi regarder les allégations spécifiques aux virus sur l’étiquette du produit. Toutefois, la mention virucide est suffisante puisqu’elle a été déterminée à partir de l’efficacité du produit contre différents virus. Normalement, un minimum de 1 000 ppm d’hypochlorite de sodium stabilisé ou 5 000 à 10 000 ppm de peroxyde d’hydrogène à action rapide est une bonne façon de s’assurer que les virus présents dans l’environnement ne représenteront plus un danger.

Au sujet de l'auteur

Rémi Charlebois

Je m’intéresse au milieu de l’hygiène et de la salubrité d’une façon toute particulière. Effectivement, j’ai fait une maîtrise en microbiologie dans laquelle j’ai étudié la salubrité dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je contribue au développement de nouveaux produits et de nouvelles technologies dans le but d’améliorer l’hygiène dans les milieux industriels et institutionnels. Mon objectif personnel est le même que celui de Lalema, c’est-à-dire, Redéfinir l’hygiène. Je suis un passionné de sciences et ne cesse de m’émerveiller devant la puissance de la nature. N’ayez pas peur de m’écrire, je suis une personne très sociable!

Lien Permanent pour cet article : http://blog.lalema.com/empecher-que-ca-ne-devienne-viral/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>